Guilbault s'amène, Scott quitte

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Shawinigan) Obtenu via transaction vendredi soir, Samuel Guilbaut n'a pas mis de temps avant de se rapporter à sa nouvelle équipe. Le jeune joueur de 17 ans a été lancé dans la mêlée face aux Voltigeurs de Drummondville pour le début d'une opération charme qu'il veut mettre sur pied.

«La transaction m'a pris par surprise mais je suis très content d'arriver à Shawinigan. Je connais déjà plusieurs joueurs dans l'équipe, alors ça va être assez facile de m'adapter. J'ai connu une bonne première saison dans la LHJMQ l'an dernier considérant les circonstances. Je n'ai pas eu vraiment la chance d'en faire davantage», souligne Guilbault, auteur d'un but et 14 passes en 49 matchs, qui espère avoir un rôle plus important à Shawinigan. «J'ai de la vitesse, un bon flair offensif. Je pense que je peux faire ma place dans le top 9.»

Martin Mondou a refilé des choix de 5e et 6e tours aux Islanders pour mettre la main sur ce patineur natif de Varennes, qui arrive avec une sélection de 7e ronde. Un prix qui semble, disons, ridicule compte tenu que Guilbault a été un choix de deuxième ronde il y a 14 mois.

«C'est un joueur que l'on aimait à son année de repêchage. Personnellement, je l'ai vu souvent à l'oeuvre dans le midget AAA, et j'appréciais sa façon de jouer. Il était disponible, alors on a voulu lui donner une chance. Maintenant, c'est à lui de la saisir, et devenir le joueur que l'on croit qu'il peut devenir», lance le directeur-gérant, qui accepte de s'avancer un peu sur sa projection de développement pour Guilbault. «Il peut devenir un top 6 dans notre ligue. Il a les aptitudes pour le faire.»

Scott à Rimouski

Pendant que Guilbault défaisait ses valises, Evan Scott a appris hier soir qu'il devait faire les siennes. Le colosse de 19 ans a été cédé à l'Océanic de Rimouski en retour d'un choix de troisième ronde.

Scott a passé les deux dernières saisons en Mauricie. Arrière essentiellement défensif, il ne craignait pas de défendre ses coéquipiers. Il avait dû toutefois passer sous le bistouri à la fin de la dernière saison. Comme Bruno-Carl Denis, échangé la semaine dernière aux Huskies, les Cataractes l'ont sacrifié pour donner plus d'oxygène aux recrues. «Il y a des jeunes qui ont montré qu'ils méritent de jouer, alors on leur a fait de la place. C'est la politique depuis que Martin (Bernard) est arrivé, on ne regarde pas l'âge mais le talent. Voilà pourquoi nous avons fait cette transaction.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer