Les Aigles allergiques aux dimanches!

Plus souvent qu'autrement, l'attaque des Aigles a été... (Photo: Émilie O'Connor Le Nouvelliste)

Agrandir

Plus souvent qu'autrement, l'attaque des Aigles a été stoppée au premier coussin dimanche face aux Champions d'Ottawa.

Photo: Émilie O'Connor Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Après six, la séquence de victoires consécutives des Aigles de Trois-Rivières a pris fin dimanche au stade Fernand-Bédard. Et ça aura pris un ancien des Ligues majeures pour finalement venir à bout des Oiseaux dans un match des plus frustrants face aux Champions d'Ottawa. Une défaite de 8-2 signée Andrew Werner.

Le partant des Champions a tout simplement été étincelant face aux Aigles, qui avaient pourtant envoyé Matthew Rusch au monticule. Non, Werner n'a pas utilisé les retraits sur des prises pour se mettre en valeur, il n'en a réussi que quatre en fait, mais il s'est assuré que les Trifluviens soient incapables d'obtenir de bons contacts, laissant sa défensive faire le reste.

«Werner était plate aujourd'hui. Il ne fait pas beaucoup d'erreurs et quand il en fait, c'est en dehors de la zone des prises. J'ai parlé à mes joueurs pour comprendre, ils m'ont dit qu'il est toujours sur le coin de la zone des prises. C'est fatigant», soupirait le gérant Pierre-Luc Laforest.

Pourtant, la défensive ottavienne n'a pas donné de coup de main à l'Américain en commettant trois erreurs, mais jamais l'offensive trifluvienne, amorphe, n'a été en mesure d'en profiter sous le chaud soleil.

Non seulement Werner a-t-il été sans reproche, mais il a été d'office pendant 7,2 manches et 127 lancers face aux Aigles, qui ont perdu le match d'avance qu'ils avaient au classement sur les Champions au quatrième rang.

«Après deux défaites, on devait revenir et terminer à égalité avec eux. Werner a lancé un peu plus longtemps qu'on voulait, mais il voulait y retourner en huitième manche. Le retour de (Sébastien) Boucher a beaucoup aidé aussi», a souligné le gérant Hal Lanier.

En effet, après avoir été laissé de côté samedi pour soigner une blessure au genou, Sébastien Boucher a connu tout un après-midi de travail. Le voltigeur a cumulé trois coups sûrs et produit trois points, tout ça avec un genou clairement amoché, ce qui ne l'a pas empêché de réaliser quelques bons catchs au champ centre.

«Je pousse mon genou quand j'ai besoin de le pousser. C'était difficile, mais je voulais être dans l'alignement. Je n'ai pas laissé la chance à Hal de me laisser sur le banc», a lancé le vétéran après le match.

Dans le camp adverse, Matt Rusch n'a pas connu un mauvais départ, mais son aplomb était un peu moindre qu'à l'habitude. Il a permis quatre points mérités et huit coups sûrs en 6,1 manches, laissant la place à la relève qui n'a pas fait le boulot.

«Habituellement, je suis heureux du niveau d'intensité que j'apporte, mais aujourd'hui, je pense qu'il m'en restait à donner et les Champions ont sauté sur l'occasion. Je ne dis pas que je ne me suis pas présenté, mais il y avait des ajustements à faire, ce que j'ai fait en troisième manche.»

Pour les Aigles, il s'agissait d'une autre défaite le dimanche, eux qui cumulent une fiche de 2-8 lors du jour du Seigneur. On a d'ailleurs vu des signes d'épuisement chez certains joueurs en fin de match, épuisement cumulé avec la frustration liée à la performance de Werner. Laforest n'était pas en mesure d'expliquer pourquoi son équipe ne parvient pas à s'illustrer lorsque le soleil plombe.

«Honnêtement, je n'en ai aucune idée. Les gars étaient prêts et je n'avais pas de doute. C'est Werner qui nous a mis des bâtons dans les roues. On passe à demain. Aujourd'hui la séquence de victoires est finie, mais on en commence une autre dès demain. Les gars ont des bobos, ils ont mal, ils sont fatigués, et il faudra aller chercher ça en dedans de nous. C'est ça le baseball de séries.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer