Pourquoi pas Décarie ou Bizier?

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Steve Turcotte
Le Nouvelliste

(Billet) Yves-François Blanchet espère attirer 5000 personnes avec Mikaël Zewski comme tête d'affiche. Si Patrice L'Heureux et David Cadieux ont pu remplir l'aréna Jacques-Plante puis le Colisée de Trois-Rivières deux fois en six mois en 2006, c'est légitime de croire que Zewski peut réussir le même tour de force... à condition de bien choisir son rival.

On sait que le boxeur trifluvien aimerait que Konstatin Ponomarev accepte de lui offrir une revanche en Mauricie. Un scénario peu plausible pour l'instant, car le Russe n'a rien à gagner à se retrouver à nouveau entre les câbles avec Zewski à court ou moyen terme. Et c'est tant mieux pour Blanchet! Car si Ponomarev est sans aucun doute un rival de qualité, il n'y a que les initiés du sport qui le connaissent. Or pour remplir un building, ça prend plus que les mordus, ça doit devenir un happening pour tous les amateurs de sport. Et pour arriver à ce statut, il n'y a pas de meilleure formule qu'une finale à saveur locale.

La bonne nouvelle, c'est qu'il y a deux boxeurs québécois bien cotés qui peuvent offrir une telle guerre à Zewski. Je pense à Antonin Décarie (31-2, 10 k.-o.) et Kevin Bizier (24-2, 16 k.-o.), deux boxeurs qui ont des fiches similaires au Trifluvien. Décarie est natif de la métropole, Bizier de Québec. L'un ou l'autre arriverait avec sa base de fans, ce qui mousserait la vente de billets.

Sur le plan sportif, ça se tient. Décarie et Bizier sont dans la trentaine et si Zewski veut réaliser son rêve de devenir un jour champion du monde, c'est le genre de solide gaillard qu'il doit réussir à écarter de son chemin. Sur le plan médiatique, ils seraient de bien meilleures cartes de vente que Ponomarev, avec une lutte verbale qui pourrait s'installer pendant plusieurs semaines. Un Zewski-Décarie, avec en sous-carte les Trifluviens Simon Kean et François Pratte qui pourraient faire leurs débuts chez les pros et soudainement, le Centre Gervais Auto serait bien petit! Et tiens pourquoi pas, Blanchet pourrait compléter son affiche avec le chant du cygne de Patrice L'Heureux, qui aime bien répéter à ses amis qu'il n'a toujours pas pris sa retraite officiellement!

Si je plaçais mes billes dans une opération financière aussi délicate qu'un gala de boxe, c'est clairement le genre de soirée que je mettrais sur pied. Certes moins glamour sur la scène internationale, mais combien plus facile à vendre auprès de ceux qui achètent des billets!

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer