Rocambolesque victoire des Aigles

Dans un match où l'offensive a été à... (Andréanne Lemire)

Agrandir

Dans un match où l'offensive a été à l'honneur,  Eric Grabe n'a jamais reçu la balle à temps pour retirer ce coureur au troisième.

Andréanne Lemire

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) L'opportunisme a volé la vedette mercredi soir au stade Fernand-Bédard alors que les Aigles de Trois-Rivières ont inscrit sept de leurs points alors qu'il y avait deux retraits au tableau pour se sauver avec une victoire rocambolesque de 10-8 et remporter leur série de trois matchs face aux Grays de Garden State.

Seule ombre au tableau, l'as lanceur Matthew Rusch a quitté très tôt la rencontre, après trois petites manches de travail, incommodé par une mystérieuse blessure à une épaule. Son cas devra être réévalué au cours des prochains jours.

En fin de soirée, devant 1501 spectateurs, c'est le deuxième-but Jose Cuevas qui a sauvé les meubles en réalisant le jeu du match en huitième manche. Alors que Philippe-Alexandre Valiquette s'était placé dans l'eau chaude avec les coussins tous occupés et aucun retrait au tableau, le Dominicain a capté avec brio une flèche de Luis Gonzalez avant de compléter avec éclat le double-jeu en touchant au deuxième coussin avec son pied.

Une fois la menace atténuée, Valiquette a liquidé le frappeur suivant pour mettre la table à un Kaohi Downing qui a brillé en neuvième pour obtenir le sauvetage. «Le jeu de Cuevas a complètement changé l'allure de la fin de match. Et puis, c'est difficile de ne pas être satisfait de la sortie de Kaohi qui a très bien fait sa job», a vanté l'entraîneur des vainqueurs qui a utilisé six lanceurs pour parvenir à renverser les Grays.

Avec 14 coups sûrs, les Grays avaient des airs de redoutable rouleau compresseur offensif et il aura fallu un triple opportun de trois points de Craig Hertler pour permettre à la bande de Pierre-Luc Laforest de se débarrasser de ces visiteurs insistants.

Outre le premier frappeur des Aigles, Sasha Lagarde (2pp), Simon Gravel (1pp), Cuevas (1pp), Daniel Mateo (1pp), et Javier Herrera (1pp) ont poussé des coéquipiers au marbre. «Le match a été plus dur qu'on avait anticipé. Les Grays étaient prêts à frapper ce soir. D'un autre côté, c'est extrêmement positif de marquer autant après deux retraits. J'aime ça voir ça! En plus, on a été capables de rebondir trois fois pour reprendre l'avance», s'est réjouit le gérant.

Appel controversé

En fin de huitième manche, alors que les Aigles menaçaient avec deux coureurs sur les sentiers, une (autre) séquence controversée est survenue. Steve Brown a frappé une chandelle à l'avant-champ qui entraîne normalement un appel de retrait automatique. Or, dans le camp des Aigles on assure n'avoir jamais entendu un officiel appeler le retrait et personne chez les Grays a capté la balle. C'est ainsi que Pedro Lopez s'est déplacé vers le troisième but où il a été épinglé dans le tumulte. «Je ne l'ai pas entendu, personne ne l'a entendu. Ce sont des choses qui ne peuvent pas se produire. Tout au long de la série il y a encore eu des ''calls'' de clowns», a déploré Laforest.

Repos pour Rusch

Quant à la blessure subie par son as Matthew Rusch, le gérant des Aigles estime que la pause de deux jours de son équipe combinée aux cinq jours prévus avant le prochain départ du numéro 22 permettront d'en savoir davantage sur l'état de son épaule.

«Après deux manches, il est venu me voir pour me dire qu'il ressentait quelque chose qu'il n'avait jamais senti auparavant. Il a voulu faire la troisième manche pour voir, mais ça l'incommodait toujours alors il était préférable de le sortir du match.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer