NASCAR: un écart à combler au plus vite

L'équipe du pilote Louis-Philippe Dumoulin s'inspirera des réglages... (Photo: Matthew Manor)

Agrandir

L'équipe du pilote Louis-Philippe Dumoulin s'inspirera des réglages appliqués sur la voiture à Edmonton, samedi soir, lors de l'épreuve de Saint-Eustache en série NASCAR Canadian Tire.

Photo: Matthew Manor

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) La mi-saison est déjà chose du passé dans la série NASCAR Canadian Tire et une chaude lutte s'annonce d'ici au mois de septembre, puisque 19 points séparent le troisième et le neuvième pilote au classement. Chaque résultat sera donc d'une importance capitale et le tout commencera samedi soir à Saint-Eustache.

Au sein de ce classement très serré se retrouvent les trois pilotes de la région, les frères Jean-François et Louis-Philippe Dumoulin de même que Marc-Antoine Camirand, installés respectivement au 5e, 7e et 8e échelons. Chacun tentera de faire sa marque sur le petit ovale situé sur la rive nord de Montréal, qu'ils ont tous comparé à l'ovale d'Edmonton, où ils ont couru il n'y a pas plus de deux semaines.

Habituellement conservateur dans son approche précourse, Louis-Philippe tenait un discours un peu plus agressif à la veille de l'épreuve.

«On va s'inspirer des réglages d'Edmonton. Ce ne sera pas différent pour notre approche, on doit virer en avant, that's it, that's all. Le projet, c'est de gagner, de finir sur le podium. Oui, il faut penser à long terme, mais avec cinq courses à faire, il faut être en avant et garder la tête froide.»

Il faut dire que le champion en titre de la série a connu sa part de mésaventures cette saison, parfois mécaniques, parfois le résultat de luttes avec d'autres pilotes. 

«J'ai noté une coupe de numéros, lance-t-il. C'est différent de l'an passé. Mais il n'y a pas de panique dans notre camp.»

L'homme à battre à Saint-Eustache sera sans contredit le vainqueur des deux dernières épreuves du calendrier, Scott Steckly, qui pointe au sommet du classement. Et la tâche ne sera pas facile ce soir, puisque le 22 a remporté la course de

l'ovale de 4/10 de mille l'année dernière.

Bien que son écurie soit située à proximité de la piste, la voiture de Jean-François Dumoulin n'a que très peu roulé à Saint-Eustache. Lui-même dispose de peu d'expérience, sa dernière course à cet endroit remontant à plusieurs années... et en camionnette.

«Je suis très positif. Nous avons une bonne voiture et on connaît la piste. C'est sûr qu'on va être-là en fin de course. Je pense que ce sera très serré. Je suis de plus en plus à l'aise sur les ovales.»

Alors qu'il ne devait disputer que quatre courses cette saison, Dumoulin surfe pour l'instant sur une saison complète et est lui aussi dans la course pour le championnat. Les deux prochains résultats seront d'une importance primordiale pour lui afin de trouver le financement pour disputer les 11 épreuves du calendrier.

«C'est bien parti, même si je suis déçu de ce qui s'est passé à ICAR, analyse-t-il. Après le Grand Prix de Trois-Rivières, on va voir ce qui

va se passer au niveau du championnat. Ce sera important de ne rien briser.»

Camirand y prend goût

S'il y en a un pour qui le voyage dans l'Ouest a été bénéfique, c'est Marc-Antoine Camirand, qui a enregistré deux cinquième places sur des ovales, qui ne sont certainement pas sa spécialité. En plus des résultats positifs, il a vu son équipe se serrer les coudes durant ce périple au pays des cow-boys.

«Dans les fins de semaine de course, ce n'est pas la meilleure place pour prendre le temps de jaser, mais on a eu une pause pour se connaître. Avec le résultat à Edmonton, tout le monde a une

meilleure entente, on s'est rapproché.»

Plus tôt cet été, Camirand a participé à une course de la série ACT à l'Autodrome Saint-Eustache, ce

qui lui a permis de se familiariser avec l'endroit. Il espère maintenant surfer sur ses performances des derniers jours.

«Si on m'avait dit que j'allais récolter deux top-5 dans l'Ouest, je ne l'aurais pas cru, souligne-t-il. On a eu la preuve qu'on est capable de rivaliser, même sur ovale. C'est la première fois que je vois l'équipe avoir cette confiance. On voit qu'on gravit les échelons et on se fait de plus en plus respecter dans les paddocks. On aime ça!»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer