Marc Crawford: «Ce serait un rêve de diriger les Nordiques»

Marc Crawford (à gauche) était l'invité de son... (PHOTO: STÉPHANE LESSARD)

Agrandir

Marc Crawford (à gauche) était l'invité de son joueur chez les Lions de Zurich Marc-André Bergeron, jeudi au stade Fernand-Bédard, pour le premier match de la série entre les Aigles et les Champions.

PHOTO: STÉPHANE LESSARD

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Marc Crawford n'a jamais oublié son court séjour à Québec comme entraîneur-chef des Nordiques.

Ce fut bref, mais couronné de succès. Le jeune pilote alors âgé de 33 ans avait mis la main sur le trophée Jack-Adams au terme de la campagne, avant que l'équipe ne déménage au Colorado. Là-bas, il a remporté la Coupe Stanley avec les Joe Sakic, Patrick Roy et compagnie. Au final, il aura dirigé ses troupes dans plus de 1100 matchs et cinq villes différentes du circuit Bettman.

«Vingt ans plus tard, je peux le dire: ce serait un rêve de diriger de nouveau les Nordiques. Si la possibilité se présente, je dis oui!», assure l'Ontarien, toujours en mesure de s'exprimer en français.

Invité par Marc-André Bergeron à assister à un match des Aigles jeudi au stade Fernand-Bédard, Crawford souriait en se remémorant certains souvenirs de cette saison 1994-95, aussi marquée par un arrêt de travail. 

«Il y a eu plusieurs bons soupers d'après-match avec monsieur Marcel Aubut car on gagnait souvent! Les Nordiques m'ont donné ma première chance dans la LNH, ce serait spécial de retourner à Québec. Mais plusieurs candidats peuvent être appelés et j'en suis conscient. Chose certaine, je suis très confiant pour leur retour. Avec Las Vegas, ils formeront la prochaine expansion du circuit.»

Mais avant que le téléphone ne sonne, si jamais on lui démontre de l'intérêt, Crawford demeurera en poste avec les Lions de Zurich, dans la Ligue nationale suisse, un circuit qu'il considère comme le deuxième plus compétitif sur la planète. En 2013-14, avec Bergeron, il a eu le bonheur de savourer le championnat des séries éliminatoires.

D'ailleurs, il entretient une excellente relation avec son défenseur. Pas pour rien que ce dernier l'invite aux rencontres de son club de baseball professionnel! «Marc-André représente un de nos grands leaders à Zurich. Il a un grand coeur et beaucoup de talent. Je suis fier de lui. Un jour, s'il le souhaite, il deviendra un très bon entraîneur. On discute souvent ensemble, il me donne le pouls du vestiaire. C'est un grand complice.»

Crawford apprécie non seulement sa qualité de vie en Suisse - qui s'en plaindrait? -, il affectionne également le calendrier de la ligue. «Ce sont de courts voyages et nos entraînements permettent aux jeunes de s'épanouir davantage, je crois. Dans la LNH, c'est difficile de planifier une ou deux bonnes pratiques par semaine en raison du nombre de matchs. De mon côté, j'ai plus de temps pour analyser les vidéos et discuter avec les joueurs. Tout le monde en ressort gagnant.»

Une réalité qu'a pu expérimenter Bob Hartley, son prédécesseur à Zurich. Le bouillant entraîneur originaire de Hawkesbury avait lui aussi connu sa part de succès en Europe, avant que les Flames de Calgary ne fassent appel à ses services au printemps 2012. «Comme Bob, j'espère ravoir une chance. Quand tu partages la même vision que des joueurs, que tu cherches à toujours te dépasser, de bonnes choses surviennent.»

En fait, on a bien failli le voir derrière le banc du Canadien, au moment où le nouveau directeur-gérant Marc Bergevin cherchait un nouveau pilote pour son équipe, il y a trois ans. Finaliste pour le poste, Crawford, on le sait, avait été écarté au profit de Michel Therrien. Il acceptait l'offre des Lions peu de temps après.

«Le processus avec le Canadien a été difficile et compliqué, j'ai effectué quatre entrevues! Je n'ai pas de remords, Michel fait du bon travail et le club est bien dirigé. C'est une grande organisation, une des meilleures du circuit.»

Qui sait, après avoir flirté avec le Canadien, Crawford se retrouvera peut-être dans le rôle d'ennemi juré du Grand Club dans un avenir rapproché...

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer