Les Aigles se coulent eux-mêmes

Jose Cuevas et les Aigles ont été surpris... (PHOTO: STÉPHANE LESSARD)

Agrandir

Jose Cuevas et les Aigles ont été surpris deux fois en 24 heures contre les Champions d'Ottawa, qui se rapprochent dangereusement du quatrième rang dans la Ligue Can-Am.

PHOTO: STÉPHANE LESSARD

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Habituellement, lorsque Matthew Rusch ne donne qu'un point dans une rencontre, c'est suffisant pour assurer la victoire aux Aigles. Mais vendredi, les Oiseaux ont semblé se donner la main pour bousiller l'excellente sortie de leur partant et ont subi une deuxième défaite de suite, cette fois par la marque de 5-2, face aux Champions d'Ottawa.

Les 1884 amateurs réunis au stade Fernand-Bédard ont eu droit à un duel de lanceurs de haut calibre entre Rusch et Andrew Werner, qui a atteint les majeures avec les Padres de San Diego en 2012. En sept manches de travail, les deux artilleurs n'avaient donné qu'un point chacun et quatre maigres coups sûrs. Il faut croire que les Champions attendaient que le Trifluvien quitte le monticule avant la huitième manche pour s'animer.

Face à Jadd Schmeltzer en relève, ils ont frappé deux coups sûrs, obtenu deux buts sur balles, vu un de leur frappeur être atteint et finalement profité d'une horrible erreur de Javier Herrera au champ droit pour marquer quatre points et mettre le match hors de portée des Aigles.

«C'est dans ces manches-là qu'il faut être capable de limiter les dégâts, même s'il y a des choses derrière toi qui ne devraient pas arriver. Les grosses manches, c'est ce qui fait mal», disait le gérant Pierre-Luc Laforest.

Il faut dire que les Trifluviens n'ont pas connu un match très opportuniste en offensive, se buttant à un Werner en grande forme. Et quand la relève a connu des difficultés, Tyler Wilson et Alan Deratt en huitième et neuvième manche respectivement, ils n'ont pas su en profiter, ne marquant qu'un point et abandonnant quatre coureurs sur les sentiers. Pour une deuxième rencontre consécutive, la remontée tombait à plat.

«Ce sont deux des meilleurs lanceurs de la ligue qui s'affrontaient et les deux ont connu une bonne soirée. Mais nous avons été en mesure de marquer les gros points et profiter de nos chances, comme lorsque la balle a passé le joueur de champ droit», se réjouissait le pilote des Champions, Hal Lanier, dont l'arrêt-court, Daniel Bick, a frappé un circuit nivelant la marque en sixième manche.

Herrera en arrache

Acquis en grande pompe le 10 juillet dernier, Javier Herrera tarde toujours à se manifester. Vendredi encore, il était 0 en 3 avant de récolter un double en huitième manche, il a commis une erreur coûteuse et jusqu'à présent, sa moyenne au bâton de 0,175 déçoit. Mais Laforest prévient qu'il faudra encore être patient avec son joueur de champ droit.

«Non, je ne m'inquiète pas. Il va frapper, c'est sûr et certain. Il n'a pas beaucoup d'apparitions au bâton et ça faisait trois semaines qu'il n'avait pas frappé. Il doit reprendre son synchronisme et il a des choses à travailler pour être en confiance. Mais il a toujours trouvé comment frapper et ce n'est qu'une question de temps.

Avantage Ottawa

Pour plusieurs, cette série de quatre matchs pourrait avoir une importante capitale sur l'identité de l'équipe qui participera aux séries éliminatoires entre Trois-Rivières et Ottawa. Ce soir, Luis Munoz et Wilmer Font croiseront le fer. Lanier préfère ne pas s'imaginer que la saison se jouera ce week-end.

«Remporter les deux premiers matchs me rend très heureux, mais il reste encore beaucoup de route à faire. On devra y aller un match à la fois.»

Dans le vestiaire opposé, Laforest était dans un esprit contraire, espérant que ses neuf joueurs en uniforme seront en mesure de ramener la barque après avoir vu les lanceurs, jeudi, et les frappeurs, vendredi, hisser le drapeau blanc.

«On ne veut pas se retrouver dans une situation où nous perdons deux autres matchs, demain (ce soir) il faut gagner pour égaler la série. On a vu ce qui s'est passé jusqu'à présent et ça nous prendra un gros départ de Munoz et que les gars se mettent derrière lui pour qu'il puisse relaxer et faire ce qu'il fait bien depuis le début de la saison», a-t-il conclu.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer