Baseball junior

Même la pluie n'arrête pas les Aigles

Le jeune lanceur Derek Marchand a récolté sa... (Photo: Émilie O'Connor)

Agrandir

Le jeune lanceur Derek Marchand a récolté sa première victoire en carrière dans le baseball junior élite.

Photo: Émilie O'Connor

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Sous un ciel menaçant et des prévisions météorologiques peu encourageantes, les Aigles Plante Sports et les Guerriers de Granby ont tout de même réussi à s'affronter, dimanche au stade Fernand-Bédard. Et la pluie qui s'abattait sur l'enceinte n'a pas ralenti les Oiseaux, qui ont signé un gain de 6-1 et une 31e victoire consécutive.

Contrairement à leurs dernières sorties, les Aigles ont dû trimer pour aller chercher cette victoire. Après avoir pris une avance de 2-0, les protégés de Rémi Doucet ont vu les Granbyens réduirent l'écart à un seul point en sixième manche. Mais, comme à l'habitude, les Aigles se sont retroussé les manches. Le premier frappeur de la demi-manche suivante, le puissant Kevin Bergeron, a tout d'abord claqué un circuit pour ajouter à l'avance des siens. Puis, l'offensive trifluvienne a continué son boulot, Francis Désilets a produit deux points et soudainement, l'avance d'un seul point en était maintenant une de cinq. Les Guerriers n'ont pu se relever.

«C'est le type de performance auxquelles nous ont habitués les joueurs dans la séquence gagnante que nous traversons, a rappelé Doucet. Les Guerriers avaient un bon lanceur (Mathieu Fournier), mais on dirait qu'en sixième manche, ses performances ont un peu diminué. Il a échappé des tirs et il avait moins de vélocité. Ils avaient quand même réussi à se rapprocher de nous.»

Le pilote n'avait que de bons mots envers sont partant, le jeune Derek Marchand, qui a signé sa première victoire en carrière dans la Ligue de baseball junior élite du Québec, en plus de ne donner que quatre coups sûrs à l'adversaire dans un match complet.

«Il a 18 ans et c'est un bon jeune, mais ce n'est pas facile pour lui parce qu'il n'a pas beaucoup de temps de jeu. On connaît beaucoup de succès et nos lanceurs sont très efficaces, c'est rare qu'ils ne nous donnent pas six ou sept manches de travail. Mais ce sera important de l'avoir en séries éliminatoires», a ajouté Doucet.

La pluie... quelle pluie?

Avec des conditions de jeu pas des plus simples avec l'ondée qui tombait sur Trois-Rivières, on aurait pu croire que les Aigles, au beau milieu de cette incroyable lancée sans défaite, auraient pu être dérangés dans leur préparation. Aucunement, répond le gérant.

«La pluie n'a pas été un facteur. Les gars, si on avait joué, auraient été contents, sinon, on avait un autre rendez-vous demain. Leur préparation n'a pas changé. Ils étaient relax, pas ébranlés.»

La victoire des Trifluviens met la table pour une importante semaine, puisqu'ils disputeront trois matchs. Lundi soir, les Voyageurs du Saguenay seront en ville alors que mardi, c'est le Royal de Repentigny qui sera sur l'avenue Gilles-Villeneuve.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer