Des Grays bafoués, une logique respectée

Les lanceurs des Grays ne l'ont pas eu... (Andréanne Lemire)

Agrandir

Les lanceurs des Grays ne l'ont pas eu facile face aux Aigles. Ils ont accodé 13 points aux Trifluviens lors des deux premiers matchs de la série.

Andréanne Lemire

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Craig Hertler a connu son meilleur match en près d'un mois, Luis Munoz a été intraitable pour une deuxième sortie de suite au monticule et les Aigles (21-25) ont signé des gains convaincants de 5-1 et 8-1 pour amorcer du bon pied leur série de cinq parties face aux pauvresGrays de Garden State (2-13), mercredi soir au stade Fernand-Bédard.

Les Trifluviens avaient amorcé la première rencontre du programme double de façon convaincante, eux qui menaient déjà 4-0 avant que l'action ne reprenne en fin d'après-midi. La joute, entamée mardi, avait dû être interrompue en raison de la pluie.

Si les Aigles ont cafouillé en ouverture de journée, ils se sont bien repris en exécutant les jeux de routine, aidés par de belles prestations sur la butte de leurs deux lanceurs de la République dominicaine, Edilson Alvarez (venu en relève à Matthew Rusch dans le premier match) et Munoz, actif pendant les sept manches du second duel.

Selon les observations de leur début de saison, on savait que les frappeurs des Grays pouvaient mettre la balle en jeu sur une base régulière. Des doutes persistaient néanmoins par rapport à leurs lanceurs. On a vite compris pourquoi.

Pas moins de 15 buts sur balles ont été donnés aux Aigles en 16 manches de jeu. Ces derniers se sont également montrés très agressifs sur les sentiers en effectuant huit vols de but. Ils ont su tirer profit du manque de cohésion en défensive des protégés de la formation itinérante, brouillonne à plusieurs occasions.

Hertler débloque

Craig Hertler (deux simples en quatre présences, trois points produits, deux points marqués et trois buts volés) en est l'exemple parfait.

Le premier frappeur des Aigles a bénéficié de cette soirée pour s'imposer au bâton, en plus de réaliser un attrapé spectaculaire sur le dernier retrait du deuxième match, lui qui a plongé pour priver Jereme Milons d'un coup sûr certain, alors que les Grays menaçaient et tentaient de marquer un deuxième point dans une cause perdue d'avance.

«Luis avait été clair avec nous, il ne voulait pas de deuxième point», souriait Hertler au terme de la soirée.

«Nous avons fait preuve de résilience puisqu'ils menaient 1-0 dans la deuxième partie. Dans un duel de sept manches, tu n'as pas le choix de provoquer des choses. C'est toujours difficile de gagner un programme double, il faut demeurer concentré. Mais les Grays sont plus solides qu'on pense, ce n'est pas un adversaire facile, loin de là.»

Le nouveau-venu brise la glace

Les Aigles accueillaient un nouveau joueur en la personne de Matt Taliercio, un voltigeur originaire du Connecticut et issu des Chargers de Lancaster Bible College. On dit de lui qu'il est un bon frappeur et les entraîneurs ont été impressionnés par ses premières pratiques au bâton.

Hier, il a frappé en lieu sûr, à l'instar de presque tous ses coéquipiers. Il possède un bon élan de la gauche et aura la chance de se faire valoir. D'ailleurs, plusieurs joueurs demeurent en audition chez les Aigles.

Pas moins de sept voltigeurs composent le club actuellement. Cette situation ne durera pas longtemps. «Il nous a rejoints à Rockland la fin de semaine dernière, témoignait l'entraîneur des frappeurs Maxime Poulin, qui a fait les démarches pour aller chercher Taliercio. Un de mes anciens coéquipiers m'a suggéré de l'appeler. Il a connu une bonne première soirée, comme tous nos frappeurs! Avec un vent un peu plus avantageux ce soir (hier), on cognait deux ou trois circuits.»

Carnet de notes

Si le Géant Beaupré se donnait en spectacle à l'Amphithéâtre Cogeco, un autre gaillard se trouvait en ville, au stade du parc de l'Exposition celui-là. Du haut de ses 6 pieds 11 pouces, le releveur Joe Melioris a défié les frappeurs des Aigles pendant une manche et un tiers. Il a accordé deux coups sûrs...

La première victoire du programme double était la 100e du club... 1073 personnes ont assisté aux deux matchs.

Kreis et Lorick s'en vont

Pour des raisons différentes, Alex Kreis et Jeff Lorick ne font plus partie de l'organisation des Aigles.

Le premier a été remercié mercredi par le gérant Pierre-Luc Laforest alors que Lorick a avisé l'organisation qu'il prenait sa retraite, sa blessure à l'oblique le forçant à s'absenter du monticule.

Utilisé comme releveur numéro un pendant la blessure à Philippe-Alexandre Valiquette, Kreis présentait une décevante moyenne de points mérités de 5,87. Dans les derniers jours, il avait connu passablement de difficultés, sabotant quelques avances des siens en fin de match.

Les adieux ont été émotifs pour l'ancien des Boulders de Rockland. «Il a eu quatre sorties difficiles et avec le retour de Valiquette, nous devions prendre une décision», soutenait Laforest, qui a discuté pendant de longues minutes avec Kreis, lundi soir dans son bureau.

En un an, le blondinet releveur de 26 ans aura joué 36 parties dans l'uniforme rouge et blanc. Il aura perdu des plumes dans l'échiquier de Laforest au cours des trois dernières semaines.

Quant à Lorick, ce dernier a dû se rendre à l'évidence. «Il ressent encore de la douleur donc il demeurera chez lui dans la région d'Atlanta. C'est un gars intelligent qui a beaucoup de potentiel, il va être en mesure de faire la transition du baseball vers le marché du travail facilement.»

Le dossier Javier Herrera progresse. Selon la direction des Aigles, il pourrait rejoindre le club pour la fin de la série face aux Grays, d'ici samedi. Le Vénézuélien, qui compte près de 250 rencontres au niveau AA, attend son visa de travail qui lui permettra de vivre au Canada jusqu'au mois de septembre.

Le lanceur des Capitales Karl Gélinas n'a accordé qu'un coup sûr aux Champions, mardi à Ottawa, ratant de peu le match parfait dans un duel de sept manches.

Cette partie s'inscrira dans le livre des records de la Ligue Can-Am, les deux formations n'ayant eu besoin que de 86 minutes pour décider d'un gagnant. L'ancien record (87 minutes) datait de 2011.

Si les Aigles n'avaient pas trouvé de renfort en vue des matchs de cette semaine, ils auraient pu faire appel au joueur Kévin Bergeron de leur filiale des Aigles Plante Sports, dans la Ligue de baseball junior élite du Québec. Le vétéran de22 ans a passé son tour hier, mais il pourrait dépanner le grand club à moyen ou long terme, selon Pierre-Luc Laforest.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer