Une rédemption en or pour Beauchesne-Sévigny

Benjamin Russell et Gabriel Beauchesne-Sévigny...

Agrandir

Benjamin Russell et Gabriel Beauchesne-Sévigny

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Trois-Rivières) Si Gabriel Beauchesne-Sévigny conservait de douloureux souvenirs des Jeux panaméricains, où il avait terminé cinquième en 2011 au Mexique en plus de rater sa qualification olympique, le Trifluvien en gardera désormais des images drôlement plus agréables grâce à son expérience 2015 à Toronto.

En compagnie de son coéquipier néo-écossais Benjamin Russell, le porte-couleurs du Club de canoë-kayak de Trois-Rivières a décroché la médaille d'or en C2-1000 mètres, hier matin au bassin de Welland. Leur chrono de 3 min 46,316 s leur a notamment permis de devancer la redoutable paire brésilienne composée d'Erlon De Souza et Isaquias Queiroz par huit dixièmes de secondes. Sur le podium, le tandem cubain de Serguey Torres et Jose Bulnes a complété la marche, à plus de trois secondes et demie des vainqueurs.

Au terme de cette finale couronnée de succès, Beauchesne-Sévigny affichait une bien meilleure mine qu'il y a quatre ans à Guadalajara. «Je pense que je vais gagner le titre d'athlète le plus amélioré!», a rigolé le sportif de 30 ans, en entrevue avec Le Nouvelliste.

Hier, le scénario imaginé par les deux rameurs canadiens s'est orchestré exactement comme prévu, dont cette chaude lutte avec les Brésiliens qui s'est conclue à leur avantage, devant une foule très bruyante.

«On voulait être avec le peloton de tête à la mi-course pour ensuite exploser dans les 500 derniers mètres. C'est ce qui est arrivé, sans qu'on dépense trop d'énergie dans la première moitié. À 200 mètres de l'arrivée, on était en tête et on a été accueillis par un véritable mur de bruit de partisans canadiens. Ça nous a donné l'énergie pour terminer en force. C'était une très belle fin de course», a analysé l'olympien de Pékin 2008.

En plus de mettre un baume sur ses plaies de 2011, cette performance était d'autant plus réjouissante puisqu'elle s'est déroulée sous le regard admiratif de ses parents et amis. «De me retrouver sur la plus haute marche du podium devant mes parents et aussi plusieurs amis, c'était très spécial. J'ai eu le sourire aux lèvres pendant les 10 minutes de la cérémonie. J'ai entre autres pu en profiter pour saluer mes parents depuis le podium. Ça s'inscrit définitivement parmi mes meilleurs moments en carrière», a avoué le Trifluvien.

Cap sur Rio

Avant Toronto 2015, Beauchesne-Sévigny et son coéquipier souhaitaient se servir de ce rendez-vous pour évaluer leur préparation en vue des Championnats du monde qui auront lieu en Italie à la fin du mois d'août. Le duo aura alors l'occasion de qualifier le bateau canadien pour les Jeux olympiques de Rio 2016 avec un résultat dans le top-6.

À la lumière du résultat récolté hier, la forme physique des deux rameurs se porte très bien en cette année menant aux olympiques. Plus tôt cette saison, le duo canadien avait aussi amassé une médaille d'argent, une médaille de bronze et une quatrième place sur le circuit de la Coupe du monde.

«C'est un excellent point de repère pour la suite. On a vraiment confiance en nous et on se sait capable de ramer dans toutes les conditions possibles. On vient de prouver qu'on est en bonne forme», souligne le médaillé d'or qui profitera maintenant de la journée d'aujourd'hui pour encourager ses compatriotes de canoë-kayak de vitesse.

D'ailleurs, ce matin, ce sera au tour de Laurence Vincent-Lapointe de tenter d'imiter son compatriote du CKTR. La quintuple championne du monde en C1-200 m voudra poursuivre sa domination de la discipline en ajoutant le titre des Jeux panaméricains à sa collection. Elle sera en action en finale vers 10 h 20.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer