Craig Hertler: un match des anciens qui a tout changé

Acquis à l'entre-saison, Craig Hertler s'impose à titre de premier... (Stéphane Lessard)

Agrandir

Acquis à l'entre-saison, Craig Hertler s'impose à titre de premier frappeur des Aigles.

Stéphane Lessard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) En grandissant, Craig Hertler idolâtrait Barry Bonds. Originaire de Santa Clara en Californie, l'adolescent devait parcourir une centaine de kilomètres en voiture pour admirer les exploits du controversé voltigeur des Giants de San Francisco, pas nécessairement reconnu pour son caractère chaleureux.

Mais n'ayez crainte, celui qui campe le rôle de premier frappeur dans l'alignement des Aigles ne partage pas les traits de personnalité de l'ancien numéro 25. Au contraire, Hertler est un type fort sympathique et, plus important encore, assez efficace depuis le début de la saison.

Sans aucun doute, il s'agit de la plus belle prise de Pierre-Luc Laforest, considérant qu'il évoluait l'an dernier dans la Frontier League, un circuit considéré comme inférieur à la Ligue Can-Am.

«On se posait pas mal de questions au camp d'entraînement, mais notre recruteur John Harris nous répétait de rester patients, qu'il allait connaître ses meilleurs moments quand ça compterait. C'est ce qui est arrivé», sourit le gérant Laforest.

Hertler, qui a soufflé 26 bougies en mai, est un gradué de l'Université San Jose State, où il a cumulé plusieurs honneurs en tant que joueur de baseball, certes, mais aussi au soccer. Il a de plus pratiqué le football pendant quelques années.

«J'ai joué quatre ans au collège et ma meilleure saison fut ma dernière. Je croyais bien avoir une chance au repêchage, mais le téléphone n'a jamais sonné. Beaucoup de gens étaient surpris de ça, moi le premier», racontait Hertler, assis dans les gradins du stade Fernand-Bédard, en début de semaine, quelques heures avant un match Aigles-Capitales.

Rencontre fortuite

Le hasard a voulu que Hertler se retrouve à Trois-Rivières, quatre ans après son stage universitaire. En 2011, rien ne laissait présager que l'athlète de 5 pieds et 10 pouces poursuivrait sa carrière dans l'univers un peu étourdissant du baseball.

Déçu d'être ignoré par les30 équipes des ligues majeures, il a dû faire une croix sur les systèmes affiliés. Ça lui permettrait de retourner à ses anciens amours. «J'ai recommencé à jouer au soccer, j'avais presque délaissé la balle pendant six ou sept mois.»

Puis, une partie amicale regroupant d'anciens joueurs de son alma mater a bousculé ses plans. Cette journée-là, Craig Hertler a claqué un triple et un circuit contre les Spartans de l'époque. Oui, il a attiré les regards de quelques anciens. Des anciens Spartans avec de bons contacts dans le milieu.

«On m'a référé à Al Gallagher, un ancien des majeures qui a joué pour les Giants de San Francisco avec Willie Mays au début des années 1970. J'ai joint l'équipe qu'il dirigeait dans la North American League au Texas et depuis ce temps, j'ai toujours évolué dans le baseball indépendant!»

En communion avec le soccer

Les partisans des Aigles le savent, Hertler s'impose comme un frappeur difficile à affronter. Patient, il n'hésite pas à voler des buts une fois rendu au premier coussin. D'ailleurs, sa vitessel'a toujours bien servi dans les sports, que ce soit au baseball ou au soccer.

«C'est important de pratiquer plusieurs disciplines en même temps. En tout cas, le soccer a fait de moi un bien meilleur athlète, surtout pour les longues saisons comme on en voit à la balle.»

Fiable au champ droit, il patrouille aussi le deuxième but avec brio. En date de mardi, il n'avait toujours pas d'erreurs. «Ça faisait longtemps que je n'avais pas joué au deuxième! Mais je prends plaisir à occuper toutes les positions, à contribuer à l'effort collectif. En ce moment, dans les majeures, je dirais que mon style pourrait s'apparenter à celui de Joe Panik.»

Vous l'aurez deviné, un autre joueur des Giants de San Francisco! «Dans un monde idéal, je miserais sur les services de neuf Craig Hertler dans l'équipe. Ça faisait longtemps que je n'avais pas eu un premier frappeur aussi efficace. On espère le garder ici longtemps.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer