Bournival confiant de reprendre sa place avec le Canadien

De passage au club de golf Links-O-Loup de... (Photo: Olivier Croteau)

Agrandir

De passage au club de golf Links-O-Loup de Louiseville, vendredi, Michaël Bournival estime avoir tous les outils pour reprendre son poste régulier au sein de l'alignement du Canadien de Montréal l'automne prochain.

Photo: Olivier Croteau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Louiseville) En attendant d'apposer sa signature au bas d'un nouveau contrat avec le Canadien de Montréal, Michaël Bournival ne lésine pas sur les efforts dans le gymnase afin de débarquer en grande forme au prochain camp d'entraînement.

Limité à seulement 29 matchs avec le grand club la saison dernière, notamment en raison d'une vilaine commotion cérébrale, l'ex-capitaine des Cataractes de Shawinigan espère retrouver un poste régulier au sein de l'alignement de Michel Therrien à l'automne.

«La dernière année a été décevante, surtout que c'était ma dernière année de contrat. Les blessures ne m'ont pas aidé l'an dernier mais là c'est une nouvelle année qui commence et je veux m'assurer de la partir du bon pied. Je vais prendre ça comme un nouveau challenge», a mentionné le numéro 49 vendredi alors qu'il participait à un tournoi de golf de la Sûreté du Québec - poste de Maskinongé, au club de golf Links-O-Loup de Louiseville.

Même si certains jeunes joueurs semblent avoir obtenu la faveur de l'entraîneur au sein des troisième et quatrième trios - dont Jacob De La Rose, Brian Flynn et Torrey Mitchell -, Bournival est persuadé qu'il dispose des outils nécessaires pour aider les Glorieux. «J'ai peut-être fait un pas en arrière, mais je suis confiant de pouvoir reprendre ma place», martèle-t-il.

La semaine dernière, le Canadien a soumis une offre qualificative à son numéro 49, une procédure de routine mais primordiale afin de s'assurer de conserver les droits de l'attaquant de 23 ans qui est joueur autonome avec restriction. Maintenant, les deux parties doivent s'entendre sur les modalités d'un nouveau pacte.

«Je suis confiant que ça va déboucher puisque j'ai eu une offre qualificative. J'ai quand même connu une bonne saison l'année précédente», note le protégé de Christian Daigle.

Une chose est certaine, Bournival ne veut pas d'un changement d'adresse. C'est avec le Tricolore qu'il a envie de poursuivre sa carrière chez les professionnels.

Cette semaine, il a vu un bon leader de l'équipe faire ses valises pour Vancouver lors de l'échange qui a expédié Brandon Prust chez les Canucks en retour de Zack Kassian. «Je ne peux pas dire que j'étais proche de lui, mais c'est un gars qui était très impliqué dans l'équipe, qui parlait à tout le monde. C'était un très bon gars dans la chambre.»

Quant à Kassian, Bournival le connaît bien peu. Son seul contact avec lui remonte à son année de 18 ans lorsqu'il avait participé au camp d'entraînement d'Équipe Canada des moins de 20 ans. D'un an son aîné, le gros attaquant avait obtenu sa place au sein de la formation. «Ce dont je me souviens, c'est qu'il est un joueur robuste. Il peut certainement contribuer à l'équipe», indique le rapide patineur shawiniganais qui ne croit pas que l'arrivée de Kassian diminue ses chances de rester avec le grand club.

«Ça demeure toujours à moi de trouver mon trou dans l'équipe. (L'arrivée de Kassian) ça n'a pas de lien avec moi. C'est moi qui est maître de mon propre sort. À ma première année avec le Canadien, j'avais réussi à créer des surprises et je garde ça en tête.»

Maintenant, d'ici à ce que son téléphone sonne pour confirmer son nouveau contrat, le Shawiniganais poursuivra son entraînement au CAPS de l'UQTR, où il côtoie notamment ses anciens coéquipiers Philippe Lefebvre, Louis-Marc Aubry, Loïk Poudrier, Yannick Veilleux et Jonathan Racine, entre autres.

Quelques rondes de golf s'ajouteront aussi à son horaire, mais de son propre aveu, sa touche avec la petite balle blanche demeure à peaufiner. «Ça fait deux ans que j'ai commencé. J'apprends par moi-même alors je ne frappe pas toujours droit!», rigole-t-il.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer