À la rescousse de Mikhail Grigorenko

Mikhail Grigorenko s'est tourné vers Julie Robitaille pour... (Photo: François Gervais, Le Nouvelliste)

Agrandir

Mikhail Grigorenko s'est tourné vers Julie Robitaille pour améliorer son coup de patin, dans l'espoir de s'implanter définitivement dans la Ligue nationale de hockey.

Photo: François Gervais, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) À 21 ans, Mikhail Grigorenko veut mettre toutes les chances de son côté afin de s'établir dans la Ligue nationale de hockey une fois pour toutes. Et pour y arriver, c'est vers la Mauricie que l'ex-joueur étoile des Remparts de Québec s'est tourné afin d'améliorer son coup de patin aux côtés de la réputée Julie Robitaille.

C'est d'ailleurs de sa propre initiative que le nouveau membre de l'Avalanche du Colorado a contacté la Trifluvienne, en cherchant des spécialistes du coup de patin sur Internet!

Ainsi, depuis le début de la semaine, c'est au Complexe sportif de Saint-Louis-de-France que le Russe écoute attentivement les minutieux conseils de Robitaille. Il faut dire que la feuille de route de cette dernière est assez étoffée avec les Patrice Bergeron, Antoine Vermette, Mike Ribeiro, David Desharnais, Sean Couturier et autres Marc-André Bergeron qui sont venus peaufiner leur art de patiner en puissance sous sa férule.

«Le patin, c'est l'aspect de mon jeu que je dois le plus améliorer et je crois que Julie est la meilleure que je pouvais trouver!», a-t-il lancé avec un large sourire, jeudi après-midi après une séance intensive de 90 minutes.

De son côté, la grande manitou de l'École de power skating Julie Robitaille avoue être impressionnée par le niveau de dévotion de son nouveau client. «C'est un joueur très talentueux à la base, mais qui est un patineur moyen à son âge pour la LNH. Après seulement 30 minutes sur la glace avec lui, je notais déjà une nette amélioration», mentionne celle qui accueillera notamment cet été quelques joueurs des Cataractes, dont Samuel Girard et Anthony Beauvillier. «Il affiche une merveilleuse ouverture d'esprit. Il veut apprendre et moi, je veux lui donner des ailes. Ce ne sont pas tous les pros qui sont aussi agréables à côtoyer», note-t-elle.

Une carrière à relancer

Il y a trois ans, l'ex-Rempart était répertorié parmi les meilleurs espoirs offensifs de la planète pour la cuvée 2011 du repêchage de la LNH. Cependant, sa cote a considérablement chuté depuis que les Sabres de Buffalo l'ont choisi au 12e rang de la première ronde.

Après de courts passages à Buffalo avec le grand club à ses deux premières saisons, avant d'être rétrogradé dans les rangs juniors, Grigorenko n'a pas été capable de percer l'alignement l'hiver dernier non plus, disputant seulement 25 rencontres. Puis en 43 matchs avec les Americans de Rochester de la Ligue américaine de hockey, il a amassé 14 buts et 36 points.

Réuni à Patrick

Visiblement déçus, les Sabres ont donc jeté la serviette et choisi de l'échanger à l'Avalanche du Colorado pendant la dernière séance de repêchage dans le troc qui a expédié Ryan O'Reilly à Buffalo.

«J'avais entendu des rumeurs à mon sujet avant mais c'est en écoutant le repêchage en direct à la télévision et j'ai appris que j'étais échangé. Ce repêchage est encore mieux que celui de 2012 quand j'ai été choisi!», mentionne-t-il, toutefois peu enclin à revenir sur son passage dans l'entourage des Sabres.

«Je ne sais pas trop ce qui n'a pas fonctionné. Je veux maintenant me concentrer sur ce qui s'en vient et non pas sur ce qui est déjà passé.»

À Denver, Grigorenko retrouvera un visage bien familier derrière le banc en Patrick Roy. Avant de faire le saut chez les professionnels avec l'Avalanche, «Casseau» a dirigé le Russe pendant deux saisons chez les juniors.

Pour le talentueux attaquant de 21 ans, ce nouveau départ représente une belle occasion de relancer une carrière qui bat de l'aile depuis trois ans.

«Patrick sait pratiquement tout de moi. Il est l'entraîneur qui m'a enseigné le plus de choses dans ma carrière. Je suis bien heureux que son équipe ait fait un échange pour aller me chercher. Je suis impatient d'aller là-bas.», mentionne celui qui attend toujours de parapher un contrat avec sa nouvelle équipe.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer