• Le Nouvelliste > 
  • Sports 
  • > Dennis Yan glisse en troisième ronde et se retrouve à Tampa Bay 

Repêchage de la LNH

Dennis Yan glisse en troisième ronde et se retrouve à Tampa Bay

Dennis Yan devrait trouver son compte dans le... (Photo: Facebook)

Agrandir

Dennis Yan devrait trouver son compte dans le style de jeu préconisé par le Lightning.

Photo: Facebook

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sunrise) Il y a de la magie dans l'air dans un encan de la LNH. Classé 30e par la centrale de la LNH, Dennis Yan rêvait de parader sous les réflecteurs vendredi, ce qui ne s'est pas produit. Pire, il n'a pas été invité non plus au party de la deuxième ronde samedi matin.

La jeune vedette des Cataractes commençait à trouver le temps extrêmement long lorsque le Lightning l'a délivré en troisième ronde. Du coup, l'Américain qui a grandi en Russie a oublié d'un trait les dernières heures passés à attendre et il s'est présenté avec un grand sourire à la table de Steve Yzerman. «Je ne peux cacher que j'aurais aimé sortir un peu plus tôt. J'étais pas mal stressé quand j'ai entendu mon nom. Mais quand j'ai mis le chandail, j'ai ressenti le plus beau feeling au monde. Le Lightning, c'est l'une de mes équipes préférées. J'adore sa façon de jouer», martelait le sympathique athlète de 18 ans, qui connaissait l'intérêt du Lightning pour ses services. «J'ai eu quelques entrevues avec eux. Mon agent (Igor Larionov) connaît bien Steve Yzerman, j'ai eu la chance de le rencontrer à quelques reprises. C'est un rêve d'enfant qui se réalise aujourd'hui.»

Yan a vu son coéquipier Anthony Beauvillier partir beaucoup plus tôt, lui qui était pourtant classé plus loin. Il jurait toutefois ne pas être jaloux de sa situation. «Bien sûr, quand j'ai entendu que les Islanders prenaient un joueur des Cataractes, j'ai cru pendant quelques secondes que ça pouvait être moi. Ce fut Anthony, et j'étais très heureux pour lui. Nous sommes des amis, on se souhaite le plus de succès possible.»

Dépisteur pour le Lightning, le Trifluvien Michel Boucher a eu le privilège de voir Yan dans sa cour durant tout l'hiver. S'il n'était pas si surpris de le voir débouler jusqu'au troisième tour, Boucher assurait que sa formation était ravie d'avoir pu l'enrôler à ce moment-là. «On aimait beaucoup son potentiel à son arrivée à Shawinigan. Il avait des choses à améliorer, l'organisation des Cataractes, dont l'entraîneur Martin Bernard, a travaillé fort pour l'aider à progresser et c'est ce développement au cours des derniers mois qui a fait en sorte qu'on voulait mettre la main sur lui aujourd'hui», témoignait Boucher.

«C'est un gars qui pourra jouer sur l'un des trois premiers trios. Il a tellement de belles habiletés. Avec la maturité qu'il va prendre à Shawinigan, il va devenir plus dur physiquement et mentalement. Il a fait quatre clubs au cours des trois dernières années, il a un chemin assez particulier, alors tout ça peu devenir un peu mêlant pour un jeune. Maintenant, il doit continuer à s'améliorer mais il n'aura pas le choix car dès l'an prochain, Anthony Beauvillier et lui seront marqués! Ils ne le savent peut-être pas encore, mais ils seront plus étroitement surveillés. Ils devront apprendre à prendre des coups, et à prendre leur revanche en allant chercher des gros buts. J'ai confiance qu'ils feront des ravages offensivement l'an prochain!»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer