La même passion que le paternel

Dany Dubé... (Photo: Émilie O'Connor Le Nouvelliste)

Agrandir

Dany Dubé

Photo: Émilie O'Connor Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Steve Turcotte
Le Nouvelliste

Il est certes plus grand que le paternel, mais ses yeux perçants trahissent ses liens familiaux avec Dany Dubé, avec qui il partage la passion du hockey. Dans la jeune vingtaine, Gabriel Dubé a fait ses premiers pas cet hiver comme dépisteur pour les Islanders de Charlottetown dans la LHJMQ, une expérience qu'il a adorée.

«J'ai vu une soixantaine de matchs l'hiver dernier, ce n'était pas assez à mon goût! C'est une façon différente de regarder les matchs, mais j'avais déjà commencé à avoir cette approche avant ça.»

C'est en jouant au hockey... sur console que l'étudiant en ressources humaines à l'UQTR s'est aperçu de son penchant pour ce genre de besogne. «Je jouais toujours au mode directeur-gérant», sourit le jeune homme, qui n'a rien raté des points de presse de Marc Bergevin et Trevor Timmins jeudi.

LOUPÉ!

L'état-major du Canadien a d'ailleurs choisi de rencontrer la presse à une bonne trentaine de minutes de route du quartier général de la LNH, une décision que certains confrères croient stratégique afin de limiter au maximum le nombre de médias présents. Si ces mauvaises langues ont raison, eh bien les bonzes des relations publiques chez les Glorieux ont loupé l'objectif puisqu'il y avait au moins une vingtaine de journalistes qui ont fait le trajet jusqu'au Diplomate Spa and Resort à Hollywood pour poser des questions à Marc Bergevin et Trevor Timmins!

«IL FAUT ÊTRE UN PEU CHANCEUX!»

Trevor Timmins a semblé apprécier l'exercice davantage que son patron. Normal, puisque le week-end marque le 10e anniversaire de la sélection d'un certain Carey Price, couronné la veille lors du gala de la LNH. Timmins a accepté de replonger dans ses souvenirs pour déterrer le processus qui a mené au choix de celui qui est devenu le meilleur gardien sur la planète. «Au repêchage, il faut être un peu chanceux! Avec le recul, c'est effectivement ma décision la plus importante depuis que je suis avec le Canadien», a livré Timmins, qui a laissé entendre que le choix de Price au cinquième échelon en 2005 avait provoqué un débat au sein de l'organisation, en refusant de dire que la décision était unanime. «Mon choix a été supporté par l'organisation», a-t-il proposé comme réponse après un petit instant de réflexion.

DE BONS MOTS POUR FUCALE ET GRÉGOIRE

Le Canadien se présente au repêchage avec une banque un peu dégarnie. Trevor Timmins dispose de cinq choix pour améliorer le futur de l'équipe, qui mise aussi sur le développement des six joueurs qui passeront des rangs juniors aux professionnels la saison prochaine. Du lot, le gourou du recrutement montréalais a eu de bons mots pour Jérémy Grégoire et, surtout, Zachary Fucale. «Grégoire est un joueur qui travaille extrêmement fort. Dans le cas de Fucale, j'ai entendu des critiques à son endroit la saison dernière mais quand tu regardes sa feuille de route, tu vois que c'est un gardien qui a le don de gagner beaucoup de matchs. C'est une qualité que j'aime bien!»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer