Dennis Yan ne changerait rien

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Steve Turcotte
Le Nouvelliste

(SUNRISE) Natif de Portland, élevé en Russie, puis revenu en Amérique du Nord pour compléter son parcours amateur avant d'être éligible à la séance de sélection de la LNH, Dennis Yan n'est pas fâché d'enfin arriver à cette étape importante dans son cheminement.

La jeune vedette des Cataractes a ébloui une dernière fois les recruteurs aux tests annuels d'évaluation, et il est maintenant un peu anxieux de voir où tout ce chemin parcouru va le placer, au grand encan de la meilleure ligue sur la planète.

«Je suis très heureux de mes tests au Combine. À part au bench press (développé couché) où je n'ai pas compris les règles à suivre, j'ai très bien fait. Je pense que ça m'a permis de montrer aux équipes que je suis très sérieux dans ma volonté de faire une carrière de hockeyeur», explique la jeune vedette des Cataractes, qui ne regrette pas une miette d'avoir passé la dernière année en Mauricie sous les ordres de Martin Bernard.

«Je ne changerais rien de mon parcours. J'ai adoré ma dernière saison. J'ai eu beaucoup de temps de jeu pour m'améliorer, et l'équipe a très bien paru. Nous avons surpris des gens l'an passé, l'an prochain nous ferons encore plus de bruit!»

Si la route des Cataractes s'est terminée abruptement en première ronde face aux Mooseheads, le rendement de Yan n'a rien à y voir. Au contraire, l'Américain a offert ses meilleures prestations de l'année contre Halifax, récoltant sept buts en autant de matchs.

Il a tenu tête sans problème à Timo Meier, qui a un an de plus et qui fait partie selon la majorité des spécialistes des 15 meilleurs espoirs disponibles demain. Yan est pour sa part répertorié au30e rang selon la Centrale de la LNH. «Je rêve évidemment de sortir en première ronde. Sinon, j'espère vraiment partir en deuxième ronde. Mais je sais que rendu ici, je ne contrôle plus rien», concède celui qui aime comparer son style de jeu à Evgeni Malkin et Matt Duchene, et qui est un protégé d'Igor Larionov.

«Je serai certainement stressé à partir de vendredi. C'est une belle étape dans mon cheminement. Je n'ai pas de préférence sur ma destination, je souhaite simplement être repêché le plus vite possible», conclut le rapide attaquant de 6'1 et 185 livres.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer