Couronnement d'une année de rêve pour Anthony Beauvillier

Anthony Beauvillier s'amène au repêchage de la Ligue... (Photo: Stéphane Lessard Le Nouvelliste)

Agrandir

Anthony Beauvillier s'amène au repêchage de la Ligue nationale de hockey avec tout un tableau de chasse. Ne lui reste plus qu'à être sélectionné dans les premières rondes, ce week-end à Sunrise, pour conclure une année qu'il n'est pas prêt d'oublier.

Photo: Stéphane Lessard Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Steve Turcotte
Le Nouvelliste

(SUNRISE) Anthony Beauvillier se présente au repêchage de la LNH, cette semaine en Floride, sans regret. Avec raison! Ce sera le couronnement d'une année spectaculaire pour le surdoué natif de Sorel-Tracy, qui a transformé en or tout ce qu'il a touché depuis août dernier.

Prenez votre souffle, voici son tableau de chasse: deux conquêtes avec Équipe Canada, le huitième rang des marqueurs de la LHJMQ et la première place chez les 17 ans et moins grâce à une récolte de 42 buts et 94 points en 67 matchs, une participation à la Super Série Subway, choisi co-capitaine avec un certain Connor McDavid pour le match des meilleurs espoirs de la LCH et une présence remarquée à la Classique hivernale.

Ajoutez à ce palmarès que son entraîneur Martin Bernard l'a utilisé à toutes les sauces et vous avez un jeune dont la cote n'a cessé de grimper tout au long de la saison auprès des recruteurs de la LNH.

«Ce fut une année spéciale, qui sera gravée dans ma mémoire pour le reste de ma vie. Je suis satisfait de ce que j'ai accompli, mais ce n'est pas parfait. La conquête de la Coupe du Président aurait été la cerise sur le sundae», lance Beauvillier, qui n'est pas trop du genre à être rassasié facilement!

Il a pris une semaine de congé - forcée - à son retour du Championnat du monde des moins de 18 ans parce qu'il devait soigner une blessure, mais depuis, il est de retour à l'entraînement.

«Il y a toujours des choses à améliorer! Je m'entraîne le matin, j'ai le reste de la journée pour me reposer et me changer les idées. Je vais quand même prendre une autre semaine de congé avant le camp d'entraînement pour m'assurer que les batteries soient rechargées avant de revenir à Shawinigan.»

Mais avant d'arriver là, Beauvillier apprendra dans quelques heures quel club de la LNH le choisira comme l'une des clés de son avenir.

Difficile de prévoir à quel moment Beauvillier entendra son nom au micro. La Centrale de recrutement de la LNH le place au 33e rang des meilleurs espoirs disponibles, mais certains hommes de hockey branchés n'hésitent pas à lui prédire une sélection en première ronde. Craig Button, le réputé analyste, le place même au milieu du premier tour, l'identifiant comme le Québécois le plus attrayant à ses yeux!

«Qu'on le veuille ou non, c'est sûr que j'ai des attentes, que je souhaite sortir le plus tôt possible. Mais dans le fond, ton rang de sélection importe peu... Le gars qui est repêché en première ronde a le même gilet sur le dos que celui qui est pris en septième ronde au prochain camp! C'est une étape, une belle étape pour tous les joueurs de hockey, mais ça ne garantit rien.»

Beauvillier s'est aperçu il y a deux semaines au Combine de la LNH qu'il mettait les pieds dans un univers à part. «Les journées étaient longues, je mentirais si je disais le contraire. Rien n'est laissé au hasard à ce niveau-là. L'ambiance était différente que dans le junior, ça se sentait», confie le prolifique attaquant, qui compte bien profiter du moment présent.

Ce sera sa deuxième expérience du genre, puisqu'il avait accompagné son frère à Pittsburgh il y a quelques années. «Je me souviens que c'était long et stressant, Francis était sorti pas mal plus loin que prévu, en sixième ronde. J'espère vivre quelque chose de plus plaisant, et je vais tout faire pour en profiter au maximum.»

Beauvillier n'a pas à s'en faire, il serait extrêmement surprenant que ses droits ne soient pas réclamés avant la troisième ronde. Le jeune homme de 5'10» et 180 livres a passé une vingtaine d'entrevues à Buffalo, dont une avec le Canadien qui parlera en fin de première ronde. Est-ce qu'il aimerait porter le maillot tricolore?

«C'est sûr que ce serait spécial. C'est l'équipe que je suis le plus. Quand le Canadien est éliminé, les séries de la LNH m'intéressent un peu moins. Je sais qu'il y a beaucoup de pression pour les Québécois à Montréal, mais ce n'est pas quelque chose qui me dérange.»

Après le week-end, Beauvillier assure qu'il descendra rapidement du nuage LNH, afin de concentrer toutes ses énergies sur sa prochaine campagne en Mauricie.

«J'ai déjà hâte que ça recommence. Je m'entraîne dans l'optique que nous jouerons jusqu'au mois de mai. On va être all-in! Juste à en parler, j'en ai des frissons!»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer