Fini les Texans pour les Aigles, voici les Japonais

Pierre-Luc Laforest n'affichait pas sa meilleure mine au... (Photo: Olivier Croteau, Le Nouvelliste)

Agrandir

Pierre-Luc Laforest n'affichait pas sa meilleure mine au terme du voyage de ses Aigles au Texas.

Photo: Olivier Croteau, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louis-Simon Gauthier
Louis-Simon Gauthier
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Les Aigles et leurs partisans découvriront le baseball comme on le joue de l'autre côté de l'océan Pacifique, dès ce lundi soir, alors que l'équipe d'étoiles regroupant les meilleurs joueurs de la ligue japonaise de Shikoku Island sera de passage à Trois-Rivières.

La série de trois rencontres lancera d'ailleurs les festivités d'une semaine qui s'annonce forte en émotions pour les amateurs, avec le retour très attendu du lanceur Éric Gagné, dimanche soir au stade Fernand-Bédard.

Aigles et Japonais entameront cette confrontation sensiblement dans les mêmes dispositions. Les deux clubs ont voyagé de nuit, dimanche, alors que Shikoku Island a subi un balayage de trois revers face aux Boulders à Rockland. En dix matchs, les Nippons n'ont savouré que trois gains face à Rockland, Sussex et le New Jersey.

Trois-Rivières n'a guère fait mieux au cours de son voyage dans trois villes du Texas de l'Association américaine du baseball indépendant. De jeudi à samedi dernier, les hommes de Pierre-Luc Laforest ont perdu deux matchs sur trois contre les AirHogs de Grand Prairie, la pire formation du circuit. Or, l'offensive des Aigles est tombée en panne sèche durant ce périple.

Des joueurs d'impact comme Eric Grabe, Kyle Lafrenz, Jose Cuevas et Daniel Matteo n'ont pas produit beaucoup d'étincelles, ce qui rend Laforest plutôt amer, surtout si l'on considère que les lanceurs s'étaient replacés au terme d'une première série pénible à Amarillo dans un stade favorisant les frappeurs.

«Ça n'aurait pas pu être pire comme résultat à la fin des dix rencontres. On a laissé gagner nos adversaires quelques fois, nous aurions pu revenir à la maison avec une fiche de plus de ,500 si nous avions appuyé le travail de nos lanceurs», bougonnait Laforest, dans l'autobus qui devait ramener ses joueurs de Boston vers Trois-Rivières, après un long voyage en avion.

Dans le rayon des bonnes nouvelles, il y a au moins le rendement des lanceurs. Mike Bradstreet n'a alloué qu'un point samedi dans la dernière défaite du voyage (4-2), alors que Matthew Rusch a offert des performancesencourageantes. Le gaucher Ryan Bollinger s'est aussi bien tiré d'affaires et il demeure l'un de meilleurs lanceurs dans la LigueCan-Am après plus d'un mois d'activités.

En relève, le Dominicain Jerry Gil n'aura fait que passer dans le giron des Aigles. L'ami de Pedro Lopez, qui devait lancer des balles de feu, peinait à atteindre les 85 milles à l'heure en raison d'une blessure. Il a donc été renvoyé chez lui.

Pour palier à sa perte - et surtout aux blessures des releveurs Jeff Lorick et Philippe-Alexandre Valiquette - Laforest a transigé avec les Saltdogs de Lincoln, mettant la main sur Kaohi Downing.

L'athlète originaire d'Hawaii était le coéquipier de Rusch quand celui-ci défendait les couleurs des Goldeyes de Winnipeg. Il est arrivé à Trois-Rivières hier et intégrera l'équipe aujourd'hui.

Parmi les autres aspects positifs à retenir du cauchemar texan, il faut noter le cas de Jonathan Jones. Le Québécois, utilisé au premier coussin, s'est réveillé en attaque. S'il affichait une moyenne d'environ ,150 avant le départ de Trois-Rivières, il rentre au bercail avec un ,224 et quelques points additionnels.

À quoi s'attendre des Japonais?

C'est une question à laquelle tente de répondre Pierre-Luc Laforest et ses adjoints. Si le niveau de jeu du circuit de Shikoku Island n'arrive pas à la cheville de celui de la Can-Am, un fait demeure: ce sont les meilleurs joueurs de cette ligue qui voyagent en Amérique du Nord.

«On regarde les résultats face aux autres équipes comme tout le monde, mais on ne peut pas vraiment tirer de conclusion.Je pense qu'ils sont meilleurs au monticule qu'au bâton, mais sinon, j'ai bien peu d'information. On va apprendre en même temps que vous!»

Aigles et Japonais auront l'occasion de fraterniser, ce midi à la cabane à sucre Chez Dany.

Les cérémonies d'avant-match ce soir débuteront à 18 h 35 au stade Fernand-Bédard. L'organisation espère attirer au moins 2000 personnes pour les trois parties.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer