Judo: direction Mondiaux pour Renaud-Roy

Alix Renaud-Roy deviendra la première athlète du club... (Photo: courtoisie)

Agrandir

Alix Renaud-Roy deviendra la première athlète du club de judo Seikidokan à participer au Championnat du monde senior.

Photo: courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(TROIS-RIVIÈRES) Alix Renaud-Roy marquera l'histoire du club de judo Seikidokan à la fin de l'été alors qu'elle en deviendra la première porte-couleurs à participer aux Championnats du monde seniors qui seront présentés au Kazakhstan.

La judoka de 22 ans, classée 38e au monde chez les 70 kg, a mérité ce privilège de se mesurer à l'élite mondiale grâce aux excellents résultats qu'elle a compilés au cours de la dernière année sur la scène internationale, devançant au fil d'arrivée Monika Burgess pour la deuxième place disponible dans sa catégorie.

Parmi son palmarès, on note sa médaille d'or en Coupe du monde en Australie, sa troisième place à l'Open d'Arlon en Belgique et sa septième position au Grand Prix de Zagreb. À tout cela, l'étudiante en kinésiologie à l'Université de Montréal a aussi ajouté l'or en équipe aux Championnats panaméricans.

«C'était un de mes objectifs pour cette année. Ça faisait longtemps que je voulais y participer. Maintenant, ce n'est pas tout d'y participer, je vais vouloir avoir une bonne performance», indique celle qui fera notamment le voyage avec sa compatriote et rivale chez les 70 kg, Kelita Zupancic, troisième au monde.

Son entraîneur François Noël n'est pas peu fier de la voir gravir cet échelon important, surtout considérant qu'il s'agit d'une première pour le club ayant été fondé en 1998. «C'est majeur pour nous», s'emballe-t-il.

En Mauricie, il faut en effet remonter à 1987 pour retrouver un athlète aux Championnats du monde seniors de judo. Lyne Poirier, originaire de Port-Cartier qui s'entraînait sous la férule de Robert Arbour dans la région, avait alors décroché la cinquième position.

Pour la judoka du club Seikidokan, il ne s'agira pas d'un premier championnat du monde en carrière. Par le passé, on se souviendra entre autres de sa cinquième place lors des Mondiaux U17 en 2009. Elle avait aussi pris part au rendez-vous junior en 2013.

Chez les seniors, elle reconnaît que le calibre sera redoutable, d'autant plus que cette compétition lancera en quelque sorte l'année pré-olympiques en vue de Rio 2016. «Cette année, j'ai pu me mesurer à des filles mieux classées que moi. J'en ai battu quelques-unes et j'ai aussi perdu des combats très serrés. Avec les résultats que j'ai eus, je sais que je ne suis pas loin d'elles. Il ne me manque pas grand-chose», mentionne-t-elle.

Pour François Noël, sa protégée devra s'assurer de savourer pleinement son expérience, avant de penser au résultat. «Elle devra y aller un combat à la fois et vivre son tournoi pleinement. À ce stade-ci, on peut difficilement évaluer le parcours qu'elle pourrait avoir, car ça dépendra beaucoup du tirage au sort», note-t-il.

Avant de songer à son séjour au Kazakhstan, la judoka du club Seikidokan mettra le cap vers le Salvador, où elle participera à une Coupe du monde le 28 juin. Ce rendez-vous sera d'autant plus important dans sa préparation en vue des Mondiaux puisqu'elle n'a pas été retenue au sein de l'équipe canadienne qui prendra part aux Jeux panaméricains de Toronto à la mi-juillet.

vincent.gauthier@lenouvelliste.qc.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer