Le football scolaire a la cote

Quelque 120 jeunes du primaire ont participé au... (Photo: Émilie O'Connor, Le Nouvelliste)

Agrandir

Quelque 120 jeunes du primaire ont participé au camp d'entraînement de football mis sur pied par la Commission scolaire de l'Énergie, au Complexe sportif de Shawinigan.

Photo: Émilie O'Connor, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Décidément, le football scolaire a la cote à la Commission scolaire de l'Énergie et la relève apparaît plutôt florissante. Au cours des cinq dernières semaines, ce sont pas moins de 120 jeunes du primaire qui ont foulé le terrain du Complexe sportif de Shawinigan, chaque mercredi, pour participer à un mini-camp d'entraînement.

En tout, 22 écoles de l'énorme territoire de la CS de l'Énergie étaient représentées et 80 % des participants en étaient à une première expérience. Du groupe, on y retrouvait une dizaine de filles. De plus, certains jeunes passionnés ont même fait le trajet depuis Lac-aux-Sables, Saint-Paulin et Notre-Dame-du-Mont-Carmel pour avoir droit à leur baptême en football.

Au départ, l'objectif d'organiser un camp étalé sur cinq semaines était bien clair: trouver une façon de former une relève pour les programmes de football de niveau secondaire, mais surtout pour les Électriks du Collège Shawinigan. À sa première année d'existence, le programme de football collégial shawiniganais a peiné à aligner suffisamment de joueurs, devant notamment abdiquer à la mi-temps lors de son dernier match de la saison, faute de joueurs.

Or, le portrait semble beaucoup plus réjouissant en vue de la prochaine saison alors qu'une cinquantaine de joueurs ont participé au plus récent camp d'entraînement de l'équipe. «On souhaite avoir un développement vertical en passant du primaire jusqu'au collégial et, peut-être un jour dans les rangs universitaires», souligne Gilles Rondeau, responsable de la concentration football à l'école secondaire Des Chutes.

L'aspect primordial de ce programme demeure l'enseignement des techniques de base, dont la façon optimale de réaliser un plaqué sécuritaire. «On insiste sur l'uniformité de l'enseignement technique. On explique entre autres l'importance de ne pas frapper casque à casque, ce qui contribue à réduire considérablement le risque de blessure», note Rondeau.

De plus, tous les nouveaux joueurs sont munis du casque protecteur Guardian Cap, ce casque à coquille molle qui ne fait pas l'unanimité dans les sphères du football. «C'est une pièce d'équipement qui sert à protéger le jeune, comme n'importe quelle autre pièce. Elle permet d'atténuer en partie le choc lors des contacts», indique Rondeau.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer