Simon Kean: «Encore plus fort qu'avant!»

Simon Kean s'est envolé pour Tijuana, où il... (Photo: Olivier Croteau Le Nouvelliste)

Agrandir

Simon Kean s'est envolé pour Tijuana, où il participera jusqu'au 9 juin aux qualifications en vue des Jeux panaméricains.

Photo: Olivier Croteau Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(TROIS-RIVIÈRES) Avis aux pugilistes super-lourds: Simon Kean est de retour en force dans les câbles et il entend le prouver à quiconque osera grimper dans l'arène avec lui!

Le boxeur trifluvien s'est envolé mardi vers Tijuana, à la frontière américano-mexicaine, pour prendre part aux qualifications en vue des Jeux panaméricains de Toronto, prévus au mois de juillet.

S'il désire obtenir son billet au prestigieux rendez-vous, le protégé du club Performance devra se classer parmi les cinq premiers de sa catégorie de poids qui comporte 11 aspirants.

Mais à l'entendre parler, Kean a fixé la barre beaucoup plus haut qu'une simple qualification. Il vise rien de moins que le titre!

Pour lui, ses ennuis physiques et judiciaires sont loin derrière et toutes ses énergies sont concentrées sur la boxe. «Je suis très motivé. Je vise le top. Je veux démontrer à tout le monde que je suis de retour, encore plus fort qu'avant!», a-t-il indiqué en entrevue au Nouvelliste, à la veille de son départ.

En sol mexicain, trois pays ne seront pas représentés puisqu'ils sont automatiquement qualifiés pour les Panam en vertu de leur classement mondial, soit les États-Unis, le Venezuela et Cuba.

Néanmoins, le calibre s'annonce tout de même relevé là-bas alors que Kean y disputera ses premiers combats depuis sa victoire au championnat canadien, en novembre dernier.

Cependant, son entraîneur Jimmy Boisvert assure que la préparation de son poulain a été exemplaire au cours des dernières semaines. Kean a notamment disputé quelque 25 rounds d'entraînement avec des poids lourds de haut calibre.

Parmi ceux-ci, on note le Colombien Oscar Rivas (16-0, 11 KO), protégé du Groupe Yvon Michel, ainsi que le Roumain Bogdan Dinu (12-0, 8 KO), d'Interbox. «Je pense que les gars que j'ai affrontés en sparring sont bien meilleurs que ceux que je vais affronter dans mes combats», estime Kean.

Pour ce rendez-vous, qui pourrait le forcer à disputer jusqu'à trois combats, le Trifluvien n'a toutefois pas l'intention de passer des heures à épier ses potentiels adversaires. Il préfère plutôt s'en remettre à ses instincts de boxeur. «Avec 11 gars inscrits, ça ne donne rien de tous les étudier. À la place, je vais me fier sur moi et mes capacités dans le ring», laisse tomber le champion canadien.

CALENDRIER CHARGÉ

Les prochains mois pourraient bien être fort chargés pour l'olympien de Londres 2012. Si tout se déroule bien, son horaire devrait comprendre les Jeux panaméricains (16 au 27 juillet), le Championnat continental (15 au 23 août) et les Championnats du monde AIBA (5 au 18 octobre). Ce dernier rendez-vous international pourrait d'ailleurs lui permettre d'obtenir son laissez-passer pour les Jeux olympiques de Rio 2016.

«Je reviens de loin. Je reprends où j'avais laissé. Je suis encore bien meilleur qu'avant et ça va être le temps de le démontrer», martèle-t-il, rempli de confiance.

Des propos qui trouvent écho chez son entraîneur. «Il est très en forme. Il a hâte (aux qualifications) et il est très en confiance. C'est vrai qu'il est meilleur qu'avant, mais personne ne le sait encore», mentionne Boisvert, sourire en coin.

Mais pour l'instant, le colosse de 26 ans préfère ne pas regarder trop loin devant lui. On le sent encore dérangé par le fait que Boxe Canada ait refusé de lui octroyer un des sept brevets disponibles, ce qui le prive de revenus importants pour sa préparation, à un an des Olympiques.

Heureusement pour Kean, il a tout de même reçu un coup de pouce financier afin d'éponger ses frais de déplacement jusqu'aux qualifications panaméricaines. L'entreprise Locusi ainsi que l'homme d'affaires Bryan Tranquille ont bien voulu l'épauler dans ses démarches.

Maintenant, si Kean parvient à se qualifier pour Toronto 2015, son entraîneur explique que ses frais seront remboursés par Boxe Canada. De plus, il obtiendrait alors le statut d'athlète d'excellence de Sports Québec, ce qui lui permettrait de toucher à certaines bourses.

Pendant ce temps, le poids lourd trifluvien continue de garder un oeil très intéressé sur les rangs professionnels, une avenue qu'il entreprendra assurément... tôt ou tard.

Tout dépendra de la route vers Rio 2016.

vincent.gauthier@lenouvelliste.qc.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer