Aigles: quand le monticule va, tout va

À l'instar de tous les partants des Aigles... (Photo: Courtoisie, Michel Chartrand)

Agrandir

À l'instar de tous les partants des Aigles la semaine dernière, Mike Bradstreet a connu une sortie inspirée mercredi passé. Il a été nommé lanceur par excellence dans la Ligue Can-Am en lien avec cette performance.

Photo: Courtoisie, Michel Chartrand

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Louis-Simon Gauthier
Louis-Simon Gauthier
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Au baseball, la recette du succès passe inévitablement par la qualité des joueurs sur le monticule. Dans la séquence de quatre victoires des Aigles la semaine dernière, les quatre partants utilisés par le gérant Pierre-Luc Laforest ont dominé. Lundi, la Ligue Can-Am a d'ailleurs annoncé que Mike Bradstreet a été nommé lanceur par excellence pour la période du 25 au 31 mai.

Il s'agit du deuxième honneur hebdomadaire consécutif pour un artilleur des Oiseaux, après la nomination de Kevin Thomas il y a huit jours. Pour l'entraîneur du groupe et meneur de la rotation, Matthew Rusch, il n'y a rien d'étonnant dans ces prestations.

«Tous nos lanceurs sont agressifs et efficaces depuis le début de la saison, leur préparation est à point», soulignait l'adjoint de Laforest, après la séance d'entraînement d'hier midi au cours de laquelle il a continué à prodiguer les conseils tout en analysant chaque lancer de ses protégés.

«Les gars rendent mon travail plus facile et agréable. Prenez l'exemple de nos releveurs Alex Kreis et Philippe-Alexandre Valiquette. Ils étaient un peu hésitants à leur arrivée sur la butte en fin de match, mais ont trouvé le moyen de se sortir d'impasse.»

Il faut dire que Rusch amène une nouvelle philosophie autant chez les lanceurs de la rotation que ceux de l'enclos. Sans rien enlever à celui qui a dirigé les lanceurs des Aigles pendant deux ans, certains observateurs remarquent que la dynamique a changé depuis le départ de Travis Wade. Ça paraît aussi dans les résultats sur le terrain.

Depuis le début de l'année, les frappeurs adverses présentent une faible moyenne de ,187 face aux Aigles quand il y a des coureurs sur les sentiers. Cette statistique augmente à peine (,206) lorsqu'il est question de coureurs en position de marquer.

En 60 manches jusqu'à maintenant, les Trifluviens n'ont donné que 21 points mérités aux Jackals et aux Boulders. Leur ratio de buts sur balles (16) par rapport au nombre de retraits sur des prises (53) est aussi révélateur.

Mercredi dernier, Bradstreet a espacé six coups sûrs en sept manches contre le New Jersey, en plus de réussir huit retraits au bâton. Kevin Thomas (6 ml, 4 cs et 5 rab), Rusch (7 ml, 6 cs et 6 rab) ou même Ryan Bollinger (6,1 ml, 1 cs et 7 rab) auraient tous fait d'aussi bons candidats que Bradstreet pour le titre de lanceur de la semaine dans la Ligue Can-Am.

«Mais Mike n'a pas volé son titre, convient Rusch. Il dégage beaucoup de confiance sur le monticule. Sa balle tombante et sa glissante déstabilisent les frappeurs. Quant à Bollinger, c'est son changement de vitesse et sa cassante qui font effet. Thomas, lui, m'a beaucoup impressionné avec son nombre de prises et de tirs bas. J'ai hâte de le revoir en action.»

Ce sera probablement à Trois-Rivières, vendredi, lors de la première visite des Miners de Sussex. Mais d'ici là, les Aigles affronteront les Capitales pour la semaine inaugurale des Québécois à domicile. On aura droit à un duel de titans, ce soir, pour l'épisode numéro un, alors que Rusch sera confronté à son bon ami Karl Gélinas.

«La première rencontre est toujours la plus importante d'une série, estime Rusch. On veut lancer un message aux Capitales d'entrée de jeu: ce ne sera pas aussi facile de nous affronter que lors des deux dernières saisons.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer