Coupe Memorial: Michaël Bournival n'oubliera jamais mai 2012

Michaël Bournival... (Photo Bernard Brault, La Presse)

Agrandir

Michaël Bournival

Photo Bernard Brault, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHAWINIGAN) À l'heure où les meilleures équipes de hockey junior du pays se disputent la Coupe Memorial, Michaël Bournival revit de très beaux souvenirs. Selon l'ancien capitaine des Cataractes de Shawinigan, maintenant membre de l'organisation du Canadien de Montréal, la conquête du Saint Graal du hockey junior canadien en 2012 est le «plus beau moment» de sa carrière de hockeyeur.

«Je regarde le tournoi avec intérêt, car je l'ai vécu. C'était pour moi une très belle expérience. Je pense que c'est le plus beau moment de ma carrière de hockeyeur. Avec tout ce qui s'est passé [l'année de la conquête de la Coupe Memorial], je vais m'en souvenir toute ma vie», a-t-il souligné hier en entrevue en marge du lancement d'une campagne de sensibilisation de la Fondation Katherine Beaulieu, dont il est le porte-parole.

L'ancien Cataractes sait à quel point les joueurs sont épuisés à ce stade-ci du tournoi. Ceux-ci ont passé, rappelons-le, à travers une longue saison régulière et des séries éliminatoires de leur ligue respective, avant de prendre part à un tournoi très exigeant. «Les équipes doivent avoir des joueurs blessés et ils doivent se battre à travers les blessures. Mais c'est une très belle expérience pour les jeunes et une excellente vitrine pour le repêchage, pour ceux qui ont 17 ou 18 ans. Tous les recruteurs les observent.»

Par ailleurs, le Shawiniganais se remet de la commotion cérébrale qu'il a subie et a repris l'entraînement en vue du prochain camp. «J'ai pris des semaines de vacances pour que je sois parfait lorsque je vais recommencer à fond», a précisé celui qui célébrera son 23e anniversaire ce week-end. L'attaquant, qui est sans contrat pour la prochaine saison, confie qu'aucune discussion n'a encore eu lieu en ce sens avec le directeur général, Marc Bergevin.

Alors que les deux finales de conférence de la Ligue nationale de hockey nécessitent la tenue d'un septième et ultime match, Bournival estime que les deux équipes de l'association Ouest ont une certaine longueur d'avance pour remporter la Coupe Stanley. «Les quatre équipes qui restent sont bonnes. J'aime bien par contre la série Anaheim contre Chicago, c'est intense et physique. Mais il y a tellement de choses qui peuvent se passer en séries que c'est difficile à prédire», a-t-il conclu.

gabriel.delisle@lenouvelliste.qc.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer