Vélo de montagne: un Shawiniganais brille au Portugal

Gladémir Lacombe était évidemment rempli de fierté lorsqu'il... (Photo: Transportugal Race)

Agrandir

Gladémir Lacombe était évidemment rempli de fierté lorsqu'il a croisé le fil d'arrivée, après une aventure de 1025 km.

Photo: Transportugal Race

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Shawinigan) Pas évident de se faire inviter, à cinq semaines d'avis, à une importante compétition de vélo hors route à laquelle on n'est pas préparé, qui parcourt plus de 1000 kilomètres de distance et 3500 mètres de dénivelé en l'espace de seulement neuf jours... sur un autre continent!

C'est pourtant ce qu'a vécu le Shawiniganais Gladémir Lacombe qui a même trouvé le moyen de se distinguer en terminant l'éreintante épreuve Transportugal en 17e position sur 92 participants, franchissant le fil d'arrivée en moins de 50 heures.

Pour l'adepte de vélo de montagne, ce résultat devient la cerise sur le sundae. Avant de traverser l'Atlantique, il souhaitait seulement réussir à compléter chaque épreuve dans les délais prescrits pour ne pas être disqualifié.

«C'est un raid très exigeant. Habituellement, il y a au moins 25 % des gens qui abandonnent. Cette année, cette proportion frôlait les 50 %», souligne le père de famille.

C'est un ami shawiniganais, Jean Hallé, qui lui a tendu la perche après qu'une connaissance ait dû déclarer forfait et que l'inscription - assez dispendieuse - n'était pas remboursable. «Au départ, j'ai hésité un peu. Mais vraiment pas longtemps!», lance le sportif qui n'avait jamais traversé l'Atlantique avant.

Afin d'être préparé le plus adéquatement possible malgré les courts délais, le cycliste de 39 ans a fait appel à Steeve Carpentier afin qu'il lui trace un calendrier d'entraînement. «Je ne voulais pas me brûler avant la compétition et je savais qu'il m'aiderait à bien doser. J'ai eu trois semaines intenses et les deux semaines avant le départ ont été plus mollo.»

Une fois atterri au pays du porto, où il a couru du 9 au 17 mai, le Shawiniganais a vite compris qu'il ne s'était pas inscrit au Club Med! «La première étape a été la plus difficile. Il faisait chaud, j'ai eu une crevaison. Je me classais 37e à ce moment. Ensuite, j'ai trouvé mon rythme et j'ai même été capable de rouler avec le groupe de tête.»

Maintenant son premier raid exotique complété, Lacombe a évidemment eu la piqûre. Cependant, les coûts importants sont à considérer, mais il aimerait bien participer un jour à l'épreuve par une équipe présentée au Chili. «L'expérience du Portugal était magique. Les dénivelés étaient impressionnants et les décors absolument surréalistes», s'emballe celui qui est également membre du club Trinergie de Shawinigan et qui participe à des rendez-vous de triathlon Xterra.

Quant à son compagnon de voyage, le Shawiniganais Jean Hallé, il a malheureusement été contraint à l'abandon après la troisième étape.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer