Une rentrée à coups de circuits pour les Aigles

Le receveur Kyle Lafrenz a encore animé l'attaque... (Photo: Stéphane Lessard, Le Nouvelliste)

Agrandir

Le receveur Kyle Lafrenz a encore animé l'attaque des Aigles avec un circuit de trois points, mardi soir, dans une victoire de 7-2 au stade Fernand-Bédard.

Photo: Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Louis-Simon Gauthier
Louis-Simon Gauthier
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Les premières observations au camp laissaient présager une formation rapide et opportuniste. Mais mardi, les Aigles ont montré un visage différent pour leur ouverture locale. Tout un, en fait!

Devant plus 2200 spectateurs, l'équipe a vaincu les Jackals du New Jersey 7-2, grâce à une sortie inspirante du lanceur Matthew Rusch et pas moins de trois coups de circuit.

La petite balle blanche a beaucoup voyagé au stade Fernand-Bédard, au grand dam des visiteurs. Pour la grande rentrée, les joueurs des Aigles auraient difficilement pu mieux séduire les amateurs, qui ont acclamé les bons coups pendant toute la soirée.

Disons que ça faisait contraste avec l'expérience de 2014, un court revers de 2-1 face à ces mêmes Jackals. «L'ambiance était incroyable, ça en prend d'autres matchs comme celui-là», souriait Sasha Lagarde, qui a frappé sa première longue balle en carrière dans le baseball professionnel.

En quatrième manche, le Montréalais a accueilli le releveur Justin Van Grouw avec une bombe au champ centre. Dans la manche précédente, Kyle Lafrenz avait donné les devants aux Aigles 4-1 grâce à un coup de trois points. Daniel Mateo (également auteur d'un circuit plus tard en septième) et Steve Brown le précédaient à la plaque.

Le party a véritablement levé à partir de ce moment. Reposés en vertu d'une journée de congé, les Aigles ont fait la vie dure aux Jackals, arrivés en Mauricie au début de l'après-midi après un voyage de plusieurs heures amorcé avant le lever du soleil.

«Quand tu retires le lanceur partant de l'autre équipe après trois manches, c'est que ton offensive accomplit de belles choses», analysait le gérant Pierre-Luc Laforest, visiblement heureux d'avoir passé avec succès le test du match inaugural à domicile.

«On a eu de bonnes apparitions au bâton. Dans les trois manches initiales, aucun gars n'a effectué de mauvaise présence. Je savais que nous avions un peu de puissance. Daniel va en sortir quelques-unes comme ça cette année. Même chose pour Lafrenz, même si c'est d'abord un frappeur de double.»

Le receveur compte déjà deux circuits à sa fiche après cinq matchs. Il est le premier surpris de cet explosif départ. «J'ai parlé avec Pierre-Luc et Maxime (Poulin, l'entraîneur des frappeurs) durant l'hiver pour améliorer mon approche et c'est concluant. C'est le genre de performance qu'on voulait donner aux amateurs. Maintenant, c'est de répéter l'exercice pour plusieurs soirs.»

Avantage Rusch

Déçu de sa prestation à Rockland jeudi, le vétéran Rusch a épaté. En sept manches, il a accordé six coups sûrs et un seul point mérité, un circuit de Tony Caldwell au deuxième tour au bâton des Jackals.

À l'instar des releveurs Alex Kreis (deux coups sûrs en une manche) et Philippe-Alexandre Valiquette (un coup sûr en neuvième), il n'a alloué aucun but sur balles. 

C'est tout le contraire du partant des visiteurs, Brian Ernst, dont la sortie a été pénible (trois manches, cinq buts sur balles et quatre points mérités).

«C'est en plein où je souhaitais me trouver», racontait Rusch, en parlant de cette zone de confort qu'on a tant vue à sa première année à Trois-Rivières.

«On a donné un bon spectacle et limité les Jackals à très peu de chances.»

Victoire d'équipe

Les circuits de Lafrenz, Lagarde et Mateo, jumelés au brio de Rusch, n'ont pas été les

seuls bons coups des Aigles hier soir. 

Utilisé comme premier frappeur, Craig Hertler a visité les coussins trois fois en cinq présences. Pedro Lopez a quant à lui soutiré deux buts sur balles et a créé l'égalité, en troisième, à la suite d'un vol de but de Mateo. Le relais du receveur Caldwell s'est retrouvé au champ centre, ce qui a permis à Lopez d'inscrire le premier point des siens.

Jonathan Jones, bien que blanchi en quatre présences, a été

alerte en défensive au premier coussin.

Le releveur Valiquette, pour sa part, a démontré du chien en demeurant dans le match en neuvième, même après qu'une balle solidement frappée dans sa direction l'ait atteint au bas du corps. «Il a une attitude de bulldog, souriait Laforest. Je voyais dans ses yeux que je devais le laisser sur le monticule!»

Les Aigles (2-3) tenteront de gagner un troisième match de suite ce soir. Le lanceur Mike Bradstreet fera face à l'ex-joueur des Capitales Danny Moskovits.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer