Élissa Alarie se rapproche de Rio et des Jeux de 2016

Malgré une grave blessure subie à un genou,... (Photo: Ian Muir)

Agrandir

Malgré une grave blessure subie à un genou, qui la privera des Jeux panaméricains, la Trifluvienne Elissa Alarie est confiante d'obtenir une place au sein de l'équipe nationale qui participera aux Jeux olympiques de Rio en 2016.

Photo: Ian Muir

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Elle n'a peut-être pas encore en poche un billet d'avion pour Rio, mais Elissa Alarie s'est drôlement rapprochée d'une participation aux Jeux olympiques 2016 alors que l'équipe nationale de rugby à sept a confirmé sa place dans le tableau principal en remportant la Série mondiale disputée à Amsterdam le week-end dernier.

«C'est exceptionnel. Ça montre qu'il y a de plus en plus de parité dans le monde et que tout le monde peut finir dans le top-3», souligne celle qui avait décroché l'argent à la plus récente Coupe du monde de rugby féminin à 15, après une défaite contre l'Angleterre en finale, à l'été 2014.

Pour la Trifluvienne, c'est malheureusement depuis Victoria, en Colombie-Britannique, et non pas sur les lignes de côté ou sur le terrain des Pays-Bas qu'elle a assisté à la victoire historique de ses coéquipières. Une dizaine de jours plus tôt, Alarie avait dû quitter la Série mondiale de Londres pendant le match de demi-finale en raison d'une déchirure du ligament croisé antérieur d'un genou.

Évidemment, elle doit faire une croix sur les Jeux panaméricains qui auront lieu à Toronto en juillet. Néanmoins, brillante lors de la Coupe du monde du rugby féminin à 15, Alarie croit cependant que ses chances de se tailler un poste avec l'équipe olympique sont aussi bonnes, malgré ce douloureux imprévu qui la conduira sous le bistouri.

À vrai dire, même si elle était vivement déçue de s'être blessée, la Trifluvienne tente de voir le positif. «C'est probablement arrivé au meilleur timing. On arrive dans la saison morte. Oui, la blessure m'a fait très mal, et il y a des larmes qui ont coulé mais je suis confiante de pouvoir revenir à temps», souligne la talentueuse demi de mêlée pour qui il s'agit de la plus grave blessure en carrière.

Le sprint des Séries mondiales maintenant terminé, l'équipe nationale bénéficiera d'un répit. Le prochain tournoi d'envergure aura lieu en décembre prochain à Dubaï. D'ici là, la joueuse trifluvienne mettra tout en oeuvre, épaulée du contingent médical de l'équipe nationale, pour récupérer de sa blessure et obtenir une place avec les 12 joueuses qui représenteront le Canada à Rio. Elle doit d'abord rencontrer un spécialiste cette semaine avec qui elle abordera le plan de chirurgie.

Cette saison, Elissa Alarie a disputé quatre des six épreuves des Séries mondiales. À chaque fois qu'elle a été laissée de côté, une blessure l'incommodait. Elle semble donc bien placée sur l'échiquier de l'entraîneur John Tait.

«Je suis très confiante. Tout le monde veut m'aider à revenir au jeu. Avant cet incident, j'avais beaucoup de temps de jeu et une très bonne place avec l'équipe», s'encourage-t-elle depuis l'ouest canadien.

La Trifluvienne ajoute avoir même reçu des messages de prompts rétablissements de la part de l'entraîneur de l'équipe américaine, contre qui Alarie avait subi sa fâcheuse collision.

«J'ai tellement été bien traitée à Londres. Quelques heures après que j'ai quitté le match, je passais une IRM (imagerie par résonnance magnétique). Le support était incroyable.»

Au total des Séries mondiales, le Canada a terminé au deuxième rang, derrière les grandes favorites habituelles de la Nouvelle-Zélande. L'Australie a complété le podium du tournoi à 13 pays.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer