Les Aigles doivent performer davantage devant leurs partisans

Les Aigles s'attendent à accueillir environ 2000 personnes... (Photo: Olivier Croteau, Le Nouvelliste)

Agrandir

Les Aigles s'attendent à accueillir environ 2000 personnes pour leur ouverture locale, mardi soir au stade Fernand-Bédard

Photo: Olivier Croteau, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louis-Simon Gauthier
Louis-Simon Gauthier
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Si un trophée avait été décerné pour récompenser les partisans les plus patients dans la Ligue Can-Am, ceux des Aigles l'auraient sans doute emporté haut la main l'année passée! Car malgré toutes les embûches de l'équipe, les foules n'ont pas été décevantes au stade Fernand-Bédard, avec une moyenne de 1612 personnes par rencontre. Le parc de l'Exposition renouera avec le baseball professionnel, mardi soir, après une longue pause de huit mois.

Lundi, quelques personnes s'affairaient aux derniers préparatifs en marge de cette rencontre d'ouverture, à 18 h 50, contre les Jackals du New Jersey.

Le terrain semble en bonne condition, les affiches des commanditaires sont installées, les pains et saucisses à hot-dogs livrés et prêts à être distribués. Mardi soir, l'organisation s'attend à accueillir environ 2000 personnes. Une victoire lancerait avec succès une saison que tout le monde espère meilleure que l'an dernier.

Des chiffres révélateurs

Les chiffres ne mentent pas. En 2014, les Aigles ont présenté une moyenne au bâton de ,232 à domicile, alors qu'ils frappaient pour ,267 la saison précédente. L'équipe s'était passablement bien débrouillée il y a deux ans en affichant un rendement de ,449 (22-27) au stade Fernand-Bédard. Ce ratio a chuté à ,333 dans la deuxième année (16-32).

Certains ont pointé du doigt la condition physique des joueurs pour expliquer ces difficultés. Mais sur la route pourtant, le club se tirait bien d'affaires dans les circonstances. Avec 21 victoires et 27 revers, les Aigles égalaient les statistiques des Capitales de Québec. S'il n'y a jamais eu de course aux séries à Trois-Rivières, c'est donc en raison des piètres performances devant les amateurs de la Mauricie.

Pas d'explication

«Comme joueur, j'ai toujours eu plus de facilité à jouer à la maison, sauf peut-être une saison en 19 ans.»

Presque un an plus tard, le gérant Pierre-Luc Laforest n'a toujours pas d'explications à donner aux journalistes. Mais, au moins, c'est du passé! «La gang est différente, le coeur de l'équipe est là. Je mentirais si je disais qu'on a des frappeurs épeurants, mais en échange, tous nos joueurs peuvent créer de la pression.»

Les amateurs qui se présenteront au stade cet été assisteront rarement à des festivals de coups de circuits, comme l'assume Laforest. Alors, comment les Aigles parviendront-ils à attirer de nouveaux partisans?

«Il n'y aura pas de gros feux d'artifice. Par contre, on va donner du bon baseball avec, je le souhaite, moins d'erreurs mentales. Je pense que le produit sera meilleur sur le terrain dans son ensemble. Il y a définitivement plus de profondeur en tout cas.»

Une ligue en meilleure santé

Plus que les espoirs placés envers leurs joueurs, les dirigeants des Aigles sont surtout heureux de constater l'émergence de nouveaux marchés dans la Ligue Can-Am. L'expansion à Ottawa et Sussex a satisfait tout le monde, tandis que la visite d'une équipe du Japon, le mois prochain à Trois-Rivières, attise la curiosité de plusieurs amateurs de baseball.

Aucun doute, le circuit du commissaire et actionnaire des Aigles Miles Wolff se porte mieux qu'il y a deux ans. Pas moins de neuf formations différentes fouleront le terrain du stade cet été. L'offre du client sera ainsi bonifiée, note René Martin.

«J'aime la direction que prend la ligue. À Ottawa, les actionnaires ont démontré leur sérieux. C'est la même chose du côté de Sussex, leur propriétaire est riche et veut que ça fonctionne. Québec a investi dans ses joueurs de l'étranger en allant chercher quatre Cubains. Quant à Rockland et New Jersey, on le sait, ils ont à coeur les succès de la ligue, ça paraît dans leur recrutement. En tant que directeur général, c'est encourageant de voir tout ça.»

La cerise sur le sundae, évidemment, serait une participation aux séries pour la première fois en trois ans. Or, une équipe à l'aise devant ses partisans gagnerait encore plus d'adeptes en Mauricie. C'est la mission qu'a confiée Laforest à ses hommes.

Au monticule mardi soir, Matthew Rusch aura le mandat de défier une attaque des Jackals qui, sur papier, paraît bien balancée. Il ne fera pas face au lanceur gaucher Isaac Pavlik, qui était en action hier du côté de Sussex. Les Jackals sont donc arrivés à Trois-Rivières très tard dans la nuit. Un avantage certain dont les Aigles tenteront de tirer profit.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer