Laurence Vincent-Lapointe survole la Coupe du monde

Laurence Vincent-Lapointe a confirmé qu'elle était toujours au... (Photo: Balint Vekassy)

Agrandir

Laurence Vincent-Lapointe a confirmé qu'elle était toujours au sommet de son sport en remportant deux médailles d'or lors de la Coupe du monde de Montemor-o-Velho, au Portugal.

Photo: Balint Vekassy

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Trois-Rivières) La première manche de la Coupe du monde de canoë-kayak de vitesse s'est avérée des plus productives pour les rameurs trifluviens. Laurence Vincent-Lapointe a remporté deux médailles d'or alors que Gabriel Beauchesne-Sévigny a décroché le bronze ce week-end à Montemor-o-Velho, au Portugal.

Dimanche, Vincent-Lapointe a conclu la compétition de la meilleure des manières en grimpant sur la plus haute marche du podium au C1 sur 200 m en devançant la canadienne Katie Vincent par 1,252 s.

«J'ai fait un super départ et le bateau a bien glissé jusqu'à la fin. C'est mon départ qui m'a permis de me démarquer des autres. Je pense que je peux être encore plus rapide, surtout en milieu de course, où mon coup de rame était un peu plus long», a commenté la médaillée d'or, qui a obtenu son laissez-passer pour les Championnats du monde ainsi que les Jeux panaméricains, qui auront lieu à Toronto cet été.

«Ça me confirme que je peux encore être première à l'échelle internationale!» a-t-elle ajouté.

La veille, plutôt que de compétitionner contre Katie Vincent, les deux canoéistes canadiennes avaient uni leurs forces afin de permettre au Canada de récolter l'or au C2 200 m, et ce, même s'il s'agissait de la deuxième fois où elles se retrouvaient dans le même bateau, puisque l'épreuve n'était pas à leur horaire.

«Nous avons été inscrites par erreur, nous avons appris seulement (vendredi) que nous devions participer à la course», a expliqué Vincent-Lapointe qui, avec sa coéquipière, a su se signaler malgré la difficile situation.

«Ç'a quand même été très bien pour une deuxième fois ensemble, a admis l'athlète de 22 ans. Comme nous ramons toutes les deux à gauche c'est aussi difficile de garder le bateau droit, surtout au départ. Nous avons gardé un rythme plus lent pour garder le contrôle du bateau et avons accéléré par la suite.»

Beauchesne-Sévigny en bronze

Le vétéran olympien Gabriel Beauchesne-Sévigny a lui aussi tiré son épingle du jeu au Portugal. Dimanche, il a signé le troisième meilleur temps de la finale C2 1000 m en compagnie de Benjamin Russell, devancés seulement par les Français et les Polonais. «Nous sommes contents du résultat et je crois que nous aurions pu gagner. Nous avions ce qu'il fallait pour y arriver, mais il faut transférer en course ce que nous faisons à l'entraînement», a-t-il analysé au terme de l'épreuve.

Le duo est reconnu pour son dernier quart de course en puissance et c'est donc sur les premiers 750 mètres qu'il s'est concentré à l'entraînement. «Nous sommes en début de saison et nous devons faire beaucoup de courses pour apprendre à développer cette vitesse en début de course. Nous pourrons continuer à bâtir là-dessus à la prochaine Coupe du monde», a mentionné celui qui a aussi terminé quatrième au C1 5000 m.

Grâce à ce podium, Beauchesne-Sévigny et Russell ont eux aussi confirmé leur présence aux Jeux panaméricains et aux Championnats du monde de la discipline.

Au kayak, la soeur de Gabriel, Geneviève, a conclu l'épreuve en équipe K4 200 m au sixième rang en compagnie d'Émilie Fournel, de Kathleen Fraser et d'Hannah Vaughan.

Avec la collaboration de Sportcom

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer