Le boss contre ses joueurs

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(TROIS-RIVIÈRES) Il y aura un visage bien connu pour les joueurs des Aigles ce soir dans l'équipe de la LBMQ qui les affrontera. Leur patron, Emmanuel Turcotte, sera de la partie.

Turcotte roule sa bosse dans le baseball senior depuis 2005, en plus d'être un des membres fondateurs des Aigles Can-Am. Ce soir, il aura la chance de faire face à sa propre troupe, lui qui fera partie de l'équipe formée des meilleurs joueurs des Blue Sox de Thetford Mines et des Expos de Sherbrooke au stade Amédée-Roy de la capitale estrienne. «J'espère qu'ils vont me laisser une chance en m'envoyant des rapides. C'est plus facile qu'une balle à effet», lance-t-il en rigolant.

Pourtant, ce n'est pas la première fois que Turcotte fera face aux lancers des artilleurs de la Ligue Can-Am. En 2013, lors d'un match préparatoire face aux Capitales de Québec, il était venu en relève à Emerson Frostad à titre de receveur. «J'avais frappé un coup sûr au champ opposé, c'était bien parfait et le monde avait rit. Dans le fond, je frappe pour 1,000 dans la Can-Am! Après (ce soir), je risque de ne plus frapper pour 1,000.»

Si Pierre-Luc Laforest et Maxime Poulin sont au fait qu'ils affronteront leur patron, les joueurs ont, jusqu'ici, été tenus dans l'ignorance, et Turcotte ne semblait pas avoir l'intention de les informer. «J'imagine qu'ils vont me reconnaître sur le terrain, je ne suis pas trop difficile à manquer!»

La nouvelle devrait toutefois s'ébruiter assez rapidement dans le vestiaire trifluvien, Laforest promettant de ne pas laisser de chance à son patron. «On va le biner (atteindre) trois fois! Pas question qu'il obtienne un coup sûr contre nous. Je vais l'annoncer à tous les joueurs, question qu'ils sachent qu'il faut atteindre le boss!», s'est-il esclaffé.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer