Le Lightning en doit une à Michel Boucher

Ignoré par toutes les équipes de la LNH... (Photo: Associated Press)

Agrandir

Ignoré par toutes les équipes de la LNH à deux reprises, Ondrej Palat est maintenant un rouage important du Lightning

Photo: Associated Press

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) Auteur de deux points mardi, Ondrej Palat a fort probablement été le meilleur joueur sur la glace alors que le Lightning de Tampa Bay éliminait le Canadien. N'eut-été du dépisteur trifluvien Michel Boucher, qui sait si Palat se serait retrouvé dans l'uniforme floridien.

Le dépisteur Michel Boucher avait recommandé au Lightning... (Photo: François Gervais, Le Nouvelliste) - image 1.0

Agrandir

Le dépisteur Michel Boucher avait recommandé au Lightning de repêcher Ondrej Palat. 

Photo: François Gervais, Le Nouvelliste

Malgré d'excellentes statistiques avec les Voltigeurs de Drummondville, aux côtés de Sean Couturier, le Tchèque ne semblait sur le radar d'aucune équipe de la LNH. Au repêchage de 2011, la septième et dernière ronde tirait à sa fin et aucune formation n'avait prononcé son nom, jusqu'à ce que le directeur général Steve Yzerman décide de bouger.

«Nous avions notre dernier choix du repêchage et nous savions déjà que nous allions prendre un autre joueur. J'ai dit à Steve Yzerman que si nous ne prenions pas Palat, il serait sûrement invité au camp par une autre équipe ou même mis sous contrat», s'est-il rappelé.

L'ancienne vedette des Red Wings de Detroit a alors échangé Marc-Antoine Pouliot aux Coyotes de Phoenix en retour d'un choix de septième tour, le 201e, qu'il a utilisé pour repêcher Matthew Peca. Puis, avec quatre choix à faire à l'encan, Yzerman a finalement appelé Palat.

Sillonnant les arénas québécois au profit de l'équipe de Tampa, Boucher est celui qui avait fortement recommandé à l'état-major du Lightning la candidature de Palat.

«Il ne faut pas oublier que toutes les équipes étaient passées par dessus lui deux fois. À sa deuxième année (d'éligibilité au repêchage), j'ai commencé à croire en lui, et à sa troisième, je croyais que nous devions prendre une chance. Je parlais de lui régulièrement.»

Boucher croyait-il à ce moment que le Tchèque allait exploser aussi rapidement? Absolument pas, et il souligne d'ailleurs que tout le crédit revient à l'ailier gauche.

«Quand je vois ce que Palat a fait en si peu de temps, c'est très impressionnant. C'est une fierté de voir ce qu'il a pu faire. Il doit cette progression à son sens du hockey et à son caractère qui lui ont permis de faire la transition vers la LNH. Un joueur de hockey mesure en moyenne 6 pi 1 po et ça pèse 207 lbs. Lorsque nous l'avons repêché, il était à 5 pi 11 po et 172 lbs.»

Palat, qui a amassé cinq points dans la série, n'est pas la seule recommandation de Boucher a avoir évolué face au Tricolore. Cédric Paquette, dont l'ascension vers la LNH en a surpris plusieurs, a joué cinq matchs. Quant à Nikita Kucherov, le Trifluvien assurait le lien entre l'organisation et le joueur russe alors que celui-ci était dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec.

«Ce n'est pas moi qui l'avait recommandé, parce que nous l'avions vu dans un championnat, mais lorsqu'il était à Québec ou Rouyn, nous avions une relation. Je suis fier de ce qu'il est devenu. Je ne suis qu'un petit rouage, mais tu apprends à connaître ces gars et tu développes une relation avec eux. On ne se parle plus aujourd'hui, je suis loin de tout ça, mais les moments où on s'était parlé, les choses que j'ai vécues avec eux, leurs réactions, ça demeure», a-t-il conclu.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer