Fight Club Canada: la popularité ne s'estompe pas

Une quarantaine de boxeurs sauteront dans l'arène pour... (Photo: François Gervais, Le Nouvelliste)

Agrandir

Une quarantaine de boxeurs sauteront dans l'arène pour une première fois, demain soir au STR, dans le cadre du gala Fight Club Canada. De gauche à droite, le promoteur de l'événement Steven Diamond, Samuel Fleurent Beauchemin de la Fondation le Pont vers l'autonomie, de même que le chef de projet de Fight Club Canada Benjamin Hamel Théberge.

Photo: François Gervais, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Louis-Simon Gauthier
Louis-Simon Gauthier
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Vous vous levez demain matin et décidez d'entreprendre, pour une durée d'environ deux mois, un plan d'entraînement avec des spécialistes dans l'objectif, au final, de disputer un combat de boxe devant des centaines de personnes. Embarquez-vous?

À voir le nombre d'adeptes qui se portent volontaires, même après sept ans, on peut dire sans se tromper que l'engouement pour le Fight Club Canada demeure bien vivant. Ils seront une quarantaine de pugilistes amateurs, samedi soir au Séminaire Saint-Joseph de Trois-Rivières, à livrer un premier duel fort attendu dans l'arène. On parle de combats d'une durée de trois rounds d'une minute chacun.

Pour certains, il s'agira d'ailleurs de leur seule présence sur le ring. Une expérience, soutient Steven Diamond, qu'ils ne sont pas prêts d'oublier. «Demandez aux participants de décrire comment ils se sentent après le combat», sourit le promoteur de l'événement. «Ils m'ont tous dit: je recommencerais n'importe quand!»

Tous les pugilistes se battront avec des gants de 16 onces (des gants d'entraînement) afin de rendre l'activité plus sécuritaire. On parle quand même de néophytes, même s'ils ont été suivis par des entraîneurs comme Diamond (Steevie Boxe) et Jimmy Boisvert, du club Performance. «Les adversaires sont déterminés par leur catégorie de poids, comme dans la boxe olympique ou professionnelle.»

Les organisateurs plongeront les boxeurs d'un soir ainsi que leurs proches dans l'univers «digne des galas de Las Vegas», s'enthousiasme Diamond. Des caméras de télévision du réseau Cogeco aux centaines de spectateurs réunis dans le nouveau gymnase du STR, la fébrilité gagnera à coup sûr ceux qui mettront les gants.

«C'est une époque charnière pour Fight Club Canada. On organise le plus grand gala de boxe dans la région, et ce depuis sept ans. Ce sera télédiffusé dans plusieurs villes du Québec sous forme de télésérie à compter de septembre», rappelle Diamond.

De plus, cette année, Fight Club Canada s'associe à la Fondation le Pont vers l'autonomie. L'organisme vise à offrir des prêts d'équipements et aide à financer des services spécialisés destinés aux personnes souffrant d'une déficience motrice sévère.

Les portes du gymnase du STR ouvriront samedi à 18 h pour les invités V.I.P., tandis qu'un souper leur sera servi dès 19 h. Les portes ouvriront au grand public à 19 h 30, puis le gala débutera sur le coup de 20 h.

Les billets sont en vente au coût de 25 $ et de 15 $ pour les étudiants. Pour plus d'information: 819 699-4357, 819 -379-2693 ou fightclubcanada.ca.

Soulignons, en terminant, que la soirée est supervisée par la Fédération québécoise de boxe olympique et qu'un médecin assistera les pugilistes.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer