Miracle ou mirage?

Andrei Markov a trompé la vigilance de Ben... (Photo Wilfredo Lee, AP)

Agrandir

Andrei Markov a trompé la vigilance de Ben Bishop pour lancer le Canadien en avant après seulement 2:44 de jeu.

Photo Wilfredo Lee, AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Tout miracle doit bien s'amorcer quelque part.

Placé sous le respirateur artificiel par Tyler Johnson la veille, le Canadien a insufflé un peu d'oxygène à son rêve de s'inscrire dans l'histoire, jeudi, en corrigeant un Lightning de Tampa Bay méconnaissable.

Mais ce n'est qu'un match, ne l'oublions pas. La pente demeure encore passablement abrupte avant de rejoindre les Maple Leafs de 1942, Islanders de 1975, Flyers de 2010 et Kings de 2014.

Jouant avec l'énergie du désespoir, le Tricolore était partout sur la patinoire du Amalie Arena, à l'inverse de ses rivaux qui vire voletaient partout... sauf au bon endroit!

À commencer par le gardien Ben Bishop, dont la mitaine généreuse - encore! - a complètement scié les jambes de ses coéquipiers, qui n'étaient pas plus dégourdis que lui jusque-là, avouons-le.

La bonne nouvelle sur la planète Canadien, c'est qu'il a offert des ailes de poulet gratuites à ses partisans, en plus de bonifier sa confiance offensive grâce à une explosion de six buts. Voilà 42 matchs que Carey Price n'avait pas été appuyé de la sorte.

Dans le même rayon de positivisme, Max Pacioretty a enfin mené la charge, les six premiers attaquants montréalais ont noirci la feuille de pointage et sa Sainteté Carey n'a pas eu besoin de voler le match.

À ce sundae, le Canadien a même ajouté deux cerises avec un but en avantage numérique en plus de freiner sa vilaine séquence de huit défaites contre le Lightning.

Le Tricolore a-t-il joué un match incroyable ou est-ce plutôt la bande à Jon Cooper qui était endormie? Il doit bien y avoir un peu des deux dans l'équation.

N'empêche qu'après les trois premiers revers dans la série, toute la pression s'est évaporée sur les épaules des Glorieux. Depuis mercredi soir, les mots Canadien et golf sont de plus en plus souvent évoqués dans la même phrase.

Et c'est parfois lorsqu'il n'y a plus rien à perdre que les esprits les plus créatifs se sentent inspirés.

Y'a-t-il un parfum de miracle dans l'air? Peut-être. Mais respirons un peu avant, question de s'assurer que ce match n'était pas qu'un mirage.

Partager

À lire aussi

  • P.K. Subban a été piqué au vif

    Hockey

    P.K. Subban a été piqué au vif

    On se souvient tous de la fin du match de mercredi. Une série d'erreurs plutôt inhabituelles, surtout quand on note que c'était le noyau de vétérans... »

  • Le Canadien s'accroche

    Sports

    Le Canadien s'accroche

    Le déblocage tant attendu du Canadien à l'attaque s'est finalement produit, hier. Le Tricolore a survécu à une première situation de match-suicide,... »

  • Pierre Asselin | Diviser pour gagner

    Éditoriaux

    Diviser pour gagner

    La défaite conservatrice en Alberta est un signal d'alarme pour le parti de M. Harper, aux élections fédérales qui s'en viennent. Mais elle sert... »

  • L'attaque du Canadien débloque

    Canadien

    L'attaque du Canadien débloque

    Le déblocage tant attendu du Canadien à l'attaque s'est finalement produit, jeudi. Le Tricolore a survécu à une première situation de match-suicide,... »

  • Le Canadien répond par la bouche de ses canons

    Hockey

    Le Canadien répond par la bouche de ses canons

    Le Canadien n'a pas fait que survivre, jeudi soir à Tampa Bay en battant le Lightning 6-2. Il a fait une vibrante démonstration de vie. Ses cinq buts... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer