COMMENTAIRE

Plus ça change...

Tyler Johnson, Carey Price et Andrei Markov.... (Photo André Pichette, archives La Presse)

Agrandir

Tyler Johnson, Carey Price et Andrei Markov.

Photo André Pichette, archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louis-Simon Gauthier
Louis-Simon Gauthier
Le Nouvelliste

Mais où était le meilleur attaquant du Canadien? Oui oui, je parle bien du valeureux Torrey Mitchell qui, avec quatre points, n'est devancé que par P.K. Subban (5) sur le tableau «d'honneur» de ces séries 2015, des séries dont les fans garderont sans doute un goût amer.

Évidemment que c'est une blague. Je n'en veux pas au numéro 17. Mais que Mitchell domine toujours la colonne des attaquants au milieu de la deuxième ronde constitue un malaise en soi. Plus ça change, plus c'est pareil. Mercredi à Tampa, le Canadien a terminé la rencontre avec plus de 60 tentatives de lancers. Ça donne une pas pire moyenne par minute jouée, et pourtant, il n'a complété la soirée qu'avec 13 chances de marquer. Beaucoup de tirs n'étaient pas d'une grande qualité. Contre un cerbère comme Ben Bishop, ça ne pardonne pas.

En fait, depuis une semaine, les spécialistes des gardiens de but ne cessent de répéter que pour battre Bishop, il faut le faire bouger. En avantage numérique, le Canadien est trop statique, trop prévisible. Ça devient très facile pour lui de stopper les menaces de l'autre équipe.

C'est dommage, parce que Montréal méritait un meilleur sort, à l'instar du duel de vendredi dernier. L'équipe avait besoin d'une étincelle en troisième, d'un peu de magie après toutes ces actions répétées autour du filet qui ne conduisaient à rien, sauf aux arrêts de Bishop ou aux poteaux. Cette étincelle est venue de l'un des jeunes, Brendan Gallagher, justement pressenti pour le titre de capitaine.

En fin de partie, alors que plusieurs vétérans étaient sur la glace pour écouler les dernières secondes, Tomas Plekanec a cafouillé en zone neutre alors qu'il n'avait qu'à s'assurer d'envoyer la rondelle dans le territoire du Lightning. Sur l'action suivante, P.K. Subban et Max Pacioretty n'ont guère mieux paru. Ça fait beaucoup de bons joueurs impliqués sur une même séquence conduisant à une défaite crève-coeur. Mais que voulez-vous, c'est ce genre de série...

Alors, je vous pose la même question qu'il y a six jours: qui n'a pas peur de Tyler Johnson? En tout cas, il hantera les nuits des joueurs du Canadien tout l'été!

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer