98e Tour d'Italie: un rêve devenu réalité pour Hugo Houle

Hugo Houle a toutes les raisons de sourire... (Photo: Yves Perret Médias)

Agrandir

Hugo Houle a toutes les raisons de sourire puisqu'il prendra part au prestigieux Giro d'Italie.

Photo: Yves Perret Médias

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louis-Simon Gauthier
Louis-Simon Gauthier
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) La carrière d'Hugo Houle connaît une ascension fulgurante depuis quelques mois.

Le cycliste de Sainte-Perpétue s'aligne pour l'une des quatre meilleures équipes au monde avec AG2R La Mondiale, réside dans un environnement digne d'une carte postale dans la région Rhône-Alpes en France... et il s'apprête à participer à son premier grand tour en carrière!

Surnommé affectueusement le «bûcheron canadien» par ses coéquipiers français, Houle réalisera un rêve de gamin, samedi, quand il prendra le départ du 98e Tour d'Italie, la deuxième compétition cycliste la plus prestigieuse au monde, derrière le Tour de France. «D'être sélectionné pour un grand tour représente un des grands accomplissements de ma vie d'athlète. Le Giro est une course historique qui existe depuis près de 100 ans. Elle n'a pas la même renommée médiatique que le Tour de France, mais d'y participer, c'est énorme», s'enthousiasmait le spécialiste du contre-la-montre, mardi, une douzaine d'heures avant de quitter pour la région de San Lorenzo al Mare, en Italie, où la première des 21 étapes du Giro se mettra en branle.

SEREIN ET FÉBRILE

Du haut de ses 24 ans il est encore très jeune pour le sport qu'il exerce, Houle deviendra seulement le deuxième Québécois à s'attaquer à l'éreintante épreuve de trois semaines, après Dominique Rollin en 2012 et 2013. Aussi bien dire qu'il s'agit d'un exploit en soi: sur les 29 coureurs à temps plein de l'AG2R, neuf ont le privilège de pédaler au Giro. «Je m'en vais là-bas serein et confiant. L'entraînement a super bien été, j'ai fait des montées en masse! À voir comment va ma saison jusqu'à maintenant, je pense que je suis mûr pour ce genre de défi.»

Difficile de cacher sa fébrilité dans les circonstances. Le monde du cyclisme aura les yeux tournés vers le sud de l'Europe et, sans surprise, plusieurs gros canons tenteront d'arracher l'ultime victoire. Parmi eux, on compte notamment Alberto Contador, Richie Porte, Ryder Hesjedal, vainqueur en 2012 et premier Canadien à remporter un des trois grands tours, de même que le coéquipier de Houle, l'Italien Domenico Pozzovivo, cinquième au classement du Tour d'Italie 2014.

DE GRANDES ATTENTES

Justement, la notoriété de Pozzovivo et ses chances de triomphe gonflent les attentes envers AG2R La Mondiale, sacrée meilleure équipe l'an passé au Giro. Les chances de la formation tricolore résident aussi en Carlos Betancur, le seul Colombien du groupe. Le Français Hubert Dupont, 16e en 2014, portera également les couleurs du clan. «La consigne est claire, on se doit d'être prêts! On croit fermement en nos chances de remporter des victoires d'étape. Ça va passer par un travail d'équipe efficace.»

Attaquer des cols de 20 ou 25 km risque de constituer une bataille de tous les instants. Les épreuves dans les hautes montagnes, prévues vers la fin du Giro, se voudront un défi titanesque. «Ma principale appréhension, c'est de savoir comment réagira mon corps sur trois semaines. Je ne l'ai jamais testé dans ces conditions.»

Dans cette situation, il pourrait être confronté à des choix déchirants. «Si j'ai l'opportunité de m'échapper et d'aller chercher un gros résultat, est-ce que je vide ma réserve? Mon principal objectif, en Italie, consistera à soutenir le travail de mes coéquipiers les plus en vue. Je dois contribuer à l'effort de guerre.»

UNE ÉPONGE

Hugo Houle a bien illustré l'état d'esprit avec lequel il aborde la compétition. «Je suis comme une éponge, j'absorbe tous les conseils que les autres gars de l'équipe me prodiguent. Je veux gagner en expérience et rallier le fil d'arrivée.»

Justement, la première manche du fameux grand tour, samedi, consistera en un contre-la-montre par équipe de 17,6 km, l'une de ses spécialités. «Cette épreuve aura une incidence directe sur le classement général pour les grands leaders, d'où l'importance de connaître un gros départ.»

Depuis hier, le Québécois et ses coéquipiers peaufinent les derniers préparatifs, dans la région de San Remo, avant le début des hostilités.

LA «FLAMME DU GUERRIER»

L'une des belles surprises de l'AG2R La Mondiale, cet hiver, a été cette troisième place obtenue par Houle lors de la cinquième étape du Tour de San Luis, en Argentine. Le Perpétuen avait conclu ce contre-la-montre à cinq secondes du vainqueur, à une seconde à peine du Polonais Michal Kwiatkowski, nul autre que le champion mondial sur route. «Ç'a été le premier podium de l'équipe cette saison», rappelle fièrement Houle, qui ne s'est pas arrêté là par la suite. «J'ai enregistré de bons résultats dans les classiques flandriennes et ce fut assez concluant aussi au Tour du Trentin.» Il s'est d'ailleurs glissé dans deux échappées lors des deux étapes finales, dont l'une a été gagnée par son équipier Pozzovivo.

Bref, tout cela s'ajoute au bagage d'expérience. À 24 ans seulement. «Si j'arrive à Milan le 31 mai, à la fin du Giro, je pourrai être satisfait.»

Le Tour d'Italie en bref


Créé en 1909 par le quotidien sportif italien La Gazzetta dello Sport 

17 équipes Pro-Tour, plus cinq équipes continentales
21 étapes
Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer