Capitaine académie

Certains soirs, sa Sainteté Carey doit se sentir... (PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE)

Agrandir

Certains soirs, sa Sainteté Carey doit se sentir comme dans un film de Tom Hanks. Bien seul dans son demi-cercle glacé, en se laissant pousser la barbe.

PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Ça y est. Il est temps. Les véritables meneurs du Canadien devront absolument prendre les commandes mercredi soir à Tampa sinon, les vacances pourraient être hâtives.

Depuis le début de la course à la Coupe Stanley, la Sainte Flanelle n'a pas été très convaincante.

Partout à travers la ligue, les équipes de tête sont guidées par leurs meilleurs joueurs. Corey Perry et Ryan Getzlaf à Anaheim, Jonathan Toews et Patrick Kane à Chicago, Alexander Ovechkin et Nicklas Backstrom à Washington. Vous saisissez le portrait.

Pendant ce temps, à Montréal, qui tire la barque? Carey Price, évidemment. Mais ensuite, les ténors sont plutôt silencieux.

Pourtant, les Pacioretty, Markov, Subban et Plekanec devraient se retrouver au coeur de l'action, à chaque match, ce qui est loin d'être le cas. Ce sont eux qui ont été appelés à diriger l'orchestre par la direction.

Certains soirs, sa Sainteté Carey doit plutôt se sentir comme dans un film de Tom Hanks. Bien seul dans son demi-cercle glacé, en se laissant pousser la barbe.

À l'inverse, l'increvable Brendan Gallagher, qui n'a pas été sélectionné au sein du fameux groupe de leadership, fait tout en son possible pour allumer le Tricolore. À chaque match, il représente l'exemple parfait de ténacité et de dévouement.

La lettre "C" aurait certainement fière allure, brodée sur son maillot des Glorieux.

Puis, un qui devra se racheter, c'est Brandon Prust. Il a réparé en partie son gênant comportement avec un mea culpa devant les représentants des médias. Pas certain que c'était une initiative personnelle, mais c'était la chose à faire.

Maintenant, le fougueux vétéran devra arrêter de vouloir à tout prix renverser Ben Bishop à chaque fois qu'il saute sur la glace. Il est capable de beaucoup mieux et il l'a prouvé depuis son arrivée à Montréal.

En recul 0-2 en se rendant à Tampa, la marge de manoeuvre fond à vue d'oeil, sous le chaud soleil floridien.

De la façon dont le Canadien joue ce printemps, les auditions de Capitaine académie pourraient bientôt tirer à leur fin.

Quel candidat méritera d'être couronné?

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer