Canadien contre Lightning: nos journalistes se prononcent

Le Canadien a éliminé le Lightning en quatre... (Photo André Pichette, archives La Presse)

Agrandir

Le Canadien a éliminé le Lightning en quatre matchs au premier tour des séries 2014.

Photo André Pichette, archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Steve Turcotte
Le Nouvelliste

Tous les espoirs sont permis!

Steve Turcotte

Avant le début des séries, j'ai choisi le Lightning pour soulever la coupe à la fin juin. J'anticipais un choc Canadien-Lightning en deuxième ronde, et je croyais que les hommes de Jon Cooper allaient avoir le dessus.

J'ai changé d'idée depuis! En grande partie parce que le Canadien a montré sa puissance en première ronde en renversant les Sénateurs même si les gros canons ont été silencieux.

Carey Price a fait la différence dans un match seulement, les meilleurs éléments à l'attaque ont été quasi invisibles. À la ligne bleue, c'est Jeff Petry qui est ressorti du lot, ce qui en dit long sur les performances ordinaires de P.K. Subban et d'Andrei Markov. Le Canadien peut donc logiquement espérer que ses ténors soient plus dégourdis en deuxième ronde.

L'autre point, c'est que le Lightning a paru vulnérable face au Red Wings, qui lui a tenu tête jusqu'au septième match. Steven Stamkos peut d'ailleurs remercier le deuxième trio de l'équipe, qui s'est occupé des dégâts en attaque.

Reste que la disette du capitaine est inquiétante, à la veille d'un duel face au meilleur gardien sur la planète. Le vis-à-vis de Price, Ben Bishop, n'a pas non plus brillé en première ronde, à l'exception de son dernier départ. Je ne serais pas surpris si Jon Cooper se tournait en cours de route vers le jeune surdoué Andrei Vasilevski.

Le Canadien n'a pas gagné un seul match en saison face au Lightning, embêté par sa vitesse. C'est vrai.

C'est drôle, j'ai l'impression que ça va devenir une source de motivation additionnelle dans le vestiaire des Glorieux! Et puis, l'acquisition de Petry a changé les données dans le champ arrière, l'équipe est mieux outillée pour stopper l'ennemi. Le reste, Price va s'en charger.

Le Lightning en 5

Quel franc-tireur se réveillera?

Vincent Gauthier

Un an plus tard, l'heure de la revanche a sonné pour le Lightning.

Au balayage subi par le Canadien en séries 2014, Tampa Bay a répliqué en raflant les honneurs des cinq rencontres du calendrier régulier.

Évidemment, le duel qui s'amorce ce soir ne sera pas aussi expéditif.

Sans aucun doute favorisé entre les poteaux avec le futur vainqueur des trophées Hart et Vézina, le Canadien aura de la difficulté à suivre la cadence imposée par le très rapide front offensif du Lightning. Quand tu peux te permettre de faire moisir Jonathan Drouin dans les gradins, ça en dit long sur la profondeur de ton alignement!

Pendant que le Lightning a eu besoin des prouesses de Tyler Johnson pour écarter in extremis les Red Wings, ce sont les joueurs de soutien Dale Weise, Torrey Mitchell et Brian Flynn - en plus de Brendan Gallagher - qui sont allés chercher les gros buts pour éliminer les tenaces Sénateurs.

Reste maintenant à voir qui de Max Pacioretty ou Steven Stamkos se réveillera, après un premier tour en dormance.

Pacioretty a bien deux buts au compteur, mais la réalité est tout autre. Son rendement a été jusqu'à présent trop effacé pour permettre au Tricolore de rêver à un défilé sur la Sainte-Catherine.

Les quatre jours de repos lui ont assurément été bénéfiques. Ça ne fera pas de tort non plus à Andrei Markov, qui semblait avoir le tournis contre Ottawa.

À première vue, Tampa Bay part favori par un bout de nez. Mais tout peut basculer si sa Sainteté Carey a soif de champagne!

Le Canadien en 6

Ça s'arrête ici

Louis-Simon Gauthier

On aura donc droit à une reprise de la première ronde des derniers «détails» à compter de ce soir. Si le Canadien a su venger son gênant échec subi il y a deux ans contre Ottawa, le Lightning domptera ses vieux démons de 2014 au deuxième tour.

Non, les joueurs du CH ne s'amuseront pas comme des p'tits fous cette fois-ci. Le touriste et gardien à ses heures Anders Lindback a déserté la Floride depuis le dernier choc en éliminatoires, laissant la place à Ben Bishop, qui

avait loupé le rendez-vous pour cause de blessure.

Ce n'est pas Carey Price, mais le grand cerbère sera en mesure de frustrer l'attaque anémique du Canadien.

Les observateurs ont analysé le travail de Bishop durant la confrontation contre Detroit. Paraîtrait qu'il était chancelant autour de son filet. C'est vrai, mais son club a réussi à gagner, et ce, malgré l'apport timide de Steven Stamkos.

Pourquoi? Parce que le Lightning mise sur une offensive bien balancée. Qui n'a pas peur de Tyler Johnson?

Si Andrei Markov s'est fait contourner à quelques reprises depuis deux semaines, je n'ose pas imaginer à quoi ça ressemblera face aux Éclairs, dont les attaquant sont très rapides.

D'ailleurs, j'ai été déçu comme beaucoup de gens de la prestation du duo Markov-Subban. En plus, le Canadien ne casse rien en avantage numérique. Combien de fois le jeu d'impuissance a-t-il gaspillé des occasions à des moments clés dans la dernière série?

Face à un club de septième place, aussi bon était-il en deuxième moitié de saison, ça pouvait passer. Mais pas contre Tampa, qui attaquera la série avec un net avantage sur le plan psychologique. L'avantage d'avoir balayé la série de cinq matchs en saison.

Le Lightning en 5

Sur un air connu

Nicolas Ducharme

La chanson est en train de se transformer en «tube». Le Lightning et le Canadien croiseront de nouveau le fer ce printemps dans une rivalité encore naissante, mais de plus en plus intéressante. Revanche ou répétition?

Dans les deux camps, le refrain est similaire: le meilleur marqueur de l'équipe est en panne sèche. Steven Stamkos n'a pas donné un gros coup de main à l'équipe floridienne face aux Red Wings, et il n'a pas l'excuse de Max Pacioretty, dont le «haut du corps» ne semble pas totalement rétabli de sa blessure qui l'a tenue à l'écart du premier match face aux Sénateurs.

La tâche ne sera guère plus facile en deuxième ronde pour Stamkos, qui devra se mesurer à l'un des meilleurs centres défensifs de la ligue en Tomas Plekanec. Si le Tchèque a pu maîtriser Sidney Crosby dans le passé, il sera en mesure de faire de même avec l'as marqueur du Lightning.

En première ronde, le Tricolore a encore une fois démontré que, lorsque ça compte, il livre la marchandise, particulièrement dans le rôle du négligé. Lorsqu'il est concentré, le CH est en mesure d'exécuter son plan de match à merveille, comme on l'a vu lors du sixième match face aux Sénateurs. C'est peut-être ce qui a fait défaut lors des cinq revers du Canadien face au Lightning cette année et je ne crois pas que les Floridiens ont l'avantage mental pour autant.

Les amateurs auront droit à une confrontation entre la meilleure offensive, Tampa, et la meilleure défensive, Montréal. Le Lightning a eu besoin de tout son petit change pour battre Detroit et Petr Mrazek, qui n'a rien d'un Carey Price. Je vois mal comment il pourrait l'emporter, surtout sans un réveil de Stamkos.

Le Canadien en 6

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer