Marcel Pronovost, «Un joueur de premier plan»

Marcel Pronovost a remporté quatre fois la Coupe... (PHOTO: TEMPLE DE LA RENOMMÉE DU HOCKEY)

Agrandir

Marcel Pronovost a remporté quatre fois la Coupe Stanley dans l'uniforme des Red Wings.

PHOTO: TEMPLE DE LA RENOMMÉE DU HOCKEY

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louis-Simon Gauthier
Louis-Simon Gauthier
Le Nouvelliste

(TROIS-RIVIÈRES) Marcel Pronovost, un ancien défenseur de la Ligue nationale de hockey ayant vécu la glorieuse époque des Red Wings de Detroit dans les années 50, s'est éteint dimanche à son domicile de Windsor, en Ontario. Il avait 84 ans.

Originaire de Lac-à-la-Tortue, l'ex-coéquipier de Gordie Howe et Terry Sawchuk a remporté cinq fois la Coupe Stanley durant sa carrière de plus de 20 saisons dans la LNH.

Fort de quatre championnats acquis à Detroit (1950, 1952, 1954 et 1955) pendant cette heureuse période, Pronovost a soulevé le précieux trophée au terme de la campagne 1966-67 dans l'uniforme des Maple Leafs de Toronto, formation avec laquelle il s'alignait depuis 1965. Cette conquête de la Coupe Stanley contre le Canadien est d'ailleurs la dernière des Torontois en date d'aujourd'hui.

Le Mauricien avait amorcé son parcours dans la LNH pendant les séries éliminatoires de la saison 1949-50. «C'était un dur, un arrière de style défensif honnête qui a pu travailler avec Sawchuk, un des meilleurs gardiens de sa génération», souligne l'encyclopédie vivante du sport Gerry Rochon.

En 1206 matchs de saison régulière, il a inscrit 88 buts et ajouté 257 mentions d'assistance pour un total de 345 points. Il a pris part à 134 rencontres de séries éliminatoires (huit buts et 23 passes). L'un des défenseurs les plus respectés dans les années 50 et 60, il fut invité au Match des étoiles à 11 reprises.

«Marcel était un bon défenseur. Il frappait fort, mais dans la légalité. C'était vraiment un joueur de premier plan pour Detroit», se souvient Jean-Guy Talbot, un de ses amis, mais surtout un grand rival sur la glace pendant les belles années de la rivalité entre le Canadien et les Wings.

«J'ai gagné ma dernière Coupe Stanley à Montréal en 1966, puis l'année suivante, Marcel et les Leafs nous battaient en grande finale. C'était un gentil monsieur que je comptais encore parmi mes amis.»

Marcel Pronovost a été intronisé au Temple de la renommée du hockey en 1978. Vingt-trois ans plus tard, le Temple de la renommée de la Mauricie l'honorait à son tour, lors d'une cérémonie mettant aussi en vedette René Robert, qu'il avait dirigé à la fin des années 70 chez les Sabres de Buffalo.

Il avait précédemment occupé les fonctions d'entraîneur-chef avec les Oilers de Tulsa - il campait le rôle de joueur-entraîneur -, les Cougars de Chicago dans l'Association mondiale de hockey et les Olympiques de Hull au sein de la LHJMQ. Au début de la décennie 1980, il s'est retrouvé derrière le banc des Red Wings en tant qu'adjoint, avant de conclure sa carrière d'entraîneur avec les Spitfires de Windsor.

Pronovost a travaillé pour la Centrale de dépistage de la LNH pendant cinq années jusqu'en 1990, lorsqu'il a été embauché comme dépisteur par les Devils du New Jersey, avec lesquels il a savouré trois autres conquêtes de la Coupe Stanley, la plus récente en 2003.

L'intervalle de 53 ans entre son premier championnat (1950) et le plus récent constitue un record de la Coupe Stanley.

Marcel Pronovost avait 11 frères et soeurs. Deux de ses frères, Claude et Jean, ont également joué dans la LNH. Ce dernier a joué presque 1000 parties avec les Penguins, les Flames d'Atlanta et les Capitals. Il a aussi dirigé les Cataractes de Shawinigan au milieu des années 90.

ls.gauthier@lenouvelliste.qc.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer