Un nouveau diamant à polir

Daylen Pépin vivra une première expérience internationale, à... (Photo: François Gervais Le Nouvelliste)

Agrandir

Daylen Pépin vivra une première expérience internationale, à compter de dimanche, alors qu'il prendra part à un camp d'entraînement en plus de disputer un combat à Porto Rico en compagnie de l'Équipe du Québec.

Photo: François Gervais Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(TROIS-RIVIÈRES) Dans l'ombre des grosses pointures Simon Kean et François Pratte, un jeune boxeur de 15 ans commence à se sentir drôlement à l'aise dans le gymnase du club Performance. Débarqué dans un ring pour la première fois en décembre 2012, Daylen Pépin a rapidement fait tourner les têtes, tant par la puissance de ses coups que sa combativité entre les cordes.

Dimanche, il vivra une étape importante de son cheminement alors qu'il s'envolera en compagnie de l'équipe du Québec vers Porto Rico au coeur d'un contingent regroupant les meilleurs boxeurs juvéniles et juniors de la province. Là-bas, il prendra part à un camp d'entraînement relevé de quatre jours avant de disputer son premier combat international en carrière.

Plus tôt cette année, le pugiliste trifluvien avait surpris bien des observateurs en décrochant le titre canadien chez les juvéniles 54 kg. Imaginez, même les Kean, Pratte et Benoît Fleury n'avaient pas réussi à décrocher la couronne nationale à cet âge. «Je ne pensais pas gagner. J'allais plutôt là pour l'expérience», avoue le principal intéressé, qui n'a que trois revers à son dossier garni de 26 combats chez les amateurs.

Il n'y a pas de doute, Pépin représente l'avenir dans le gymnase de l'entraîneur Jimmy Boisvert. «Daylen fait partie de la crème de son groupe d'âge au pays. Il a fait son premier combat le 1er décembre 2012 et il a gagné le championnat canadien chez les juvéniles en janvier dernier. Sa progression est impressionnante.»

Boisvert n'est pas le seul à vanter les mérites de la nouvelle étoile montante. Grimpant de temps à autre dans l'arène avec la nouvelle coqueluche, François Pratte se revoit à ses débuts dans le milieu pugilistique. «Il me fait penser à moi. C'est un petit boxeur intelligent qui a beaucoup de hargne et de talent. En plus, il cogne très fort pour son âge. Le futur du gym, c'est lui», vante le quintuple champion canadien de boxe olympique qui se prépare en vue d'un premier combat chez les professionnels.

À Porto Rico, Pépin vivra un dépaysement total. Son voyage en avion sera d'ailleurs son premier à vie. De plus, il devra se débrouiller dans un environnement étranger sans son entraîneur à ses côtés. «Il y a un peu d'anxiété qui s'installe avant de partir, c'est certain. Mais je ne veux pas avoir trop d'attentes non plus.»

Boisvert ne croit toutefois pas qu'il s'agisse d'une mauvaise chose qu'il ne fasse pas le voyage dans les Antilles. «Ça va être bon pour sa progression. Il va pouvoir acquérir encore plus de maturité si son coach n'est pas là.»

Face à la crème portoricaine des boxeurs de son âge, Pépin aura normalement droit à un niveau d'adversité plus élevé qu'à l'habitude. Le défi ne l'effraie toutefois pas. «Je mets les gants avec François Pratte à l'entraînement alors je ne pense pas affronter quelqu'un qui cogne plus dur que ça!», sourit le pugiliste de 15 ans à propos de la préparation que lui offre son mentor au club Performance.

«C'est motivant de pouvoir s'entraîner aux côtés de gars comme Pratte et Kean. Je peux profiter de leurs conseils et leur expérience», ajoute Pépin qui vise une place sur l'équipe nationale junior dans deux ans.

Ensuite, ce sont les Jeux olympiques de 2020 ou encore 2024 qui se retrouveront dans la mire de ce nouveau diamant à polir au club Performance.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer