«Tout est possible si on leur met de la pression rapidement»

Anthony Richard... (Photo: Émilie O'Connor Le Nouvelliste)

Agrandir

Anthony Richard

Photo: Émilie O'Connor Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Steve Turcotte
Le Nouvelliste

(TROIS-RIVIÈRES) Surprise, les champions en titre dans la LHJMQ sont toujours vivants. Contre toute attente, les Foreurs ont mérité leur laissez-passer pour le carré d'as en surmontant un déficit de 0-3 en quart de finale face au Drakkar.

Les hommes de Mario Durocher semblaient sur le point de se faire balayer lors du quatrième match, alors qu'ils tiraient de l'arrière par trois buts après une période devant une foule en délire à Baie-Comeau. Le vieux routier a toutefois réussi à raisonner ses équipiers, qui ont ensuite bâti pierre par pierre cette remontée historique.

«Mario est venu nous voir dans le vestiaire après la première période, en nous faisant prendre conscience qu'il se cassait la tête pour faire des plans de match, mais que ça faisait trois matchs et une période qu'on préférait jouer à notre façon. Il avait raison, et quand il est sorti, on s'est parlé en se promettant de mieux écouter les consignes. Puis il y a eu un but. Suivi d'un autre. Et ça s'est mis à débouler!», confie le Trifluvien Anthony Richard, meilleur marqueur de son camp avec 19 points (9-10) en 13 matchs.

Le reste de la série a été épique entre deux clubs qui s'étaient également mesurés le printemps précédent en grande finale. Lors du septième match à Val-d'Or, le Drakkar s'est à nouveau placé dans une position pour sortir les Foreurs. Les locaux leur réservaient un dernier ralliement en fin de match.

«On était dans le trouble après deux périodes. Mais on s'est parlé au deuxième entracte, on s'est dit qu'on n'avait pas fait tout ce chemin pour se faire éliminer dans un septième match sans au minimum tout donner ce qu'on avait. Nous sommes revenus sur la glace enragés, et nous avons encore une fois trouvé une façon de revenir.»

Après une victoire émotive au premier tour face à leurs ennemis jurés, les Huskies, et ce triomphe dramatique, les Foreurs doivent maintenant se mesurer aux monarques de la saison régulière, l'Océanic. La majorité des analystes s'attendent à une demi-finale courte, à l'avantage de Rimouski.

Richard prévient que son club n'est pas rassasié. «Je pense que nous avons montré que notre club a du caractère. L'Océanic a une bonne équipe, c'est vrai. Mais c'est une équipe qui a été éliminée plus rapidement que prévu au cours des deux dernières saisons. De notre côté, on a été jusqu'au bout l'an dernier, on connaît le chemin. L'objectif, c'est d'aller chercher un match à Rimouski. Tout est possible si on leur met de la pression rapidement», lance Richard, qui se dit fier de son jeu depuis le début du printemps, lui qui est éligible au prochain encan de la LNH.

«Plus mon club va loin, plus ça peut influencer positivement mon rang de sélection. Je pense que d'aller à la Coupe Memorial, ç'a aidé mon coéquipier Nicolas Aubé-Kubel l'an dernier. Je ne demande pas mieux qu'il m'arrive la même chose! Mais je ne pense pas trop à ça, j'essaie juste d'aider mon club à gagner. Ça va bien, j'ai beaucoup de responsabilités. Il faut que ça continue, on a besoin de tout le monde si on veut causer une surprise.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer