Parenteau, la solution?

Pierre-Alexandre Parenteau... (PHOTO ANDRÉ PICHETTE, LA PRESSE)

Agrandir

Pierre-Alexandre Parenteau

PHOTO ANDRÉ PICHETTE, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Steve Turcotte
Le Nouvelliste

(TROIS-RIVIÈRES) Il n'y a rien d'alarmant à voir le Canadien louper une première chance d'éliminer les Sénateurs. La série est serrée, normal qu'à un moment donné, ça finisse par pencher du côté des hommes de Dave Cameron. Ces derniers étaient placés au bord du gouffre mercredi, normal aussi qu'ils aient ressenti un plus grand sentiment d'urgence que vos Glorieux.

La seule chose qui me chicote du rendement du Canadien face aux Sénateurs, c'est l'incapacité des gros canons à se mettre en évidence. Deux des trois victoires ont été décrochées grâce aux employés de soutien, l'autre a été un cadeau d'Andrew Hammond, maintenant assis au bout du banc. À cinq contre cinq, le Canadien génère peu de chances de marquer. Et sur l'avantage numérique, avec un but en 16 tentatives, c'est assez tranquille merci.

À ce chapitre, je me demande pourquoi Michel Therrien s'entête à utiliser Devante Smith-Pelly sur son jeu de puissance, et majoritairement sur sa première vague. Je l'aime bien le long des rampes, Smith-Pelly. Mais quand il est question de mettre une rondelle derrière le gardien ennemi, il se classe très loin sur l'échiquier offensif de son club. Un but, trois passes à ses 24 derniers matchs...

Je décode que sa présence en avantage numérique est dû au fait que Therrien veut avoir un droitier sur cette unité. Justement, il y en a un, reconnu pour son flair offensif, qui attend patiemment son tour sur les lignes de côté.

Je fais évidemment référence à Pierre-Alexandre Parenteau, qui n'a jamais été dans les bonnes grâces de Therrien depuis son arrivée à Montréal. On s'entend, Parenteau n'est pas un sauveur. Mais il peut certainement contribuer davantage que Smith-Pelly quand vient le temps de faire payer à l'adversaire ses visites au cachot.

Pour secouer l'avantage numérique, je préfère nettement le retour de Parenteau à celui de Sergei Gonchar. Si Andrei Markov a un peu de mal avec la vitesse folle des échanges en séries, imaginez de quoi aurait l'air Gonchar dans son territoire! Un défenseur unidimensionnel, c'est beaucoup plus exposé aux erreurs qu'un attaquant du même type...

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer