Un appel historique pour Jocelyne Bourassa

La Shawiniganaise Jocelyne Bourassa (au centre, derrière) fera... (Photo: La Presse Canadienne)

Agrandir

La Shawiniganaise Jocelyne Bourassa (au centre, derrière) fera partie de la cohorte 2015 qui sera intronisée au Temple de la renommée des sports du Canada en octobre prochain.

Photo: La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(TROIS-RIVIÈRES) Au sein d'une cohorte comprenant les hockeyeurs Paul Coffey et Danielle Goyette, le judoka Nicolas Gill et la skieuse acrobatique Jennifer Heil, la Shawiniganaise Jocelyne Bourassa passera à l'histoire en faisant son entrée au Temple de la renommée des sports du Canada, le 21 octobre prochain. À 67 ans, la golfeuse deviendra ainsi la deuxième personnalité sportive de la région à accéder au mythique panthéon, après le gardien shawiniganais Jacques Plante, vainqueur de six Coupes Stanley avec le Canadien de Montréal, intronisé en 1981.

Après que les Temples de la Mauricie, du Québec, Golf Québec et Golf Canada aient ouvert leurs portes à la seule golfeuse canadienne de l'histoire à avoir remporté un tournoi de la LPGA en sol canadien, son intronisaton à l'échelle nationale apparaissait donc comme une suite logique, en quelque sorte. Néanmoins, l'appel qu'elle a reçu en mars dernier l'a grandement surprise.

«On m'avait laissé un message sur une boîte vocale, mais lorsque je suis à mon chalet, à Saint-Élie, je ne prends pas souvent mes messages. J'étais surprise quand j'en ai pris connaissance, quelques jours plus tard! Ils voulaient souligner ma contribution pour le golf féminin au pays. Avec le dévoilement des personnes intronisées aujourd'hui, ça m'a fait revivre de très beaux souvenirs», souligne-t-elle.

En jetant un coup d'oeil au parcours de Bourassa, on comprend rapidement pourquoi elle est considérée comme la meilleure golfeuse québécoise de l'histoire. En plus de ses titres de championne québécoise amateur (1963, 1969, 1970, 1971), championne canadienne amateur (1965, 1971) et sa participation au championnat du monde (1970), la légendaire golfeuse a été choisie recrue de l'année sur le circuit de la LPGA en 1972 en plus de recevoir le titre d'athlète par excellence au pays, la même année.

La saison suivante, elle surprenait la planète golf en raflant les honneurs du premier tournoi de la LPGA à être présenté au pays, La Canadienne.

«J'étais accompagnée par mon cadet Mario Brisebois et l'énergie de la foule avait été très importante pour moi dans le tournoi», se souvient-elle avec émotion, tout en soulignant l'appui financier incontournable de Jean-Louis Lévesque, qui lui avait fourni les 10 000 $ nécessaires pour son adhésion au circuit professionnel féminin.

Une ambassadrice

Au fil de sa carrière, la Shawiniganaise n'a pas seulement excellé sur les allées, bâton de golf à la main. C'est d'ailleurs l'autre facette de sa feuille de route qui a attiré l'attention du comité de sélection du Temple de la renommée des sports du Canada.

Jocelyne Bourassa s'est distinguée à divers niveaux administratifs dans le monde de la petite balle blanche. De 1980 à 2000, elle a notamment agi comme directrice exécutive de la Classique du Maurier, un des quatre tournois majeurs de la LPGA. Auparavant, c'est dans le rôle de trésorière du circuit professionnel féminin (1974, 1975) qu'elle a d'abord fait ses classes. Sa création de la Série du Maurier dans les années 80 a aussi grandement contribué à l'essor du golf féminin au pays.

«On avait beaucoup de plaisir à travailler très fort et tous ensemble pour la cause de golf féminin. On est passé de 20 golfeuses professionnelles au pays à l'époque pour maintenant atteindre 150 aujourd'hui», vante celle dont l'épopée professionnelle a été écourtée en raison d'une blessure à un genou.

Le 21 octobre, prochain, c'est donc à titre de bâtisseure que Jocelyne Bourassa fera son entrée au Temple de la renommée des sports du Canada, situé à Calgary. Au cours de la même cérémonie, on y intronisera aussi Paul Coffey (hockey masculin), Danielle Goyette (hockey féminin), Nicolas Gill (judo), Jennifer Heil (ski acrobatique), Craig Forrest (soccer), Susan Auch (patinage de vitesse longue piste), Michael Edgson (natation paralympique), les jumelles Sharon et Shirley Firth (ski de fond), Lori-Ann Muenzer (cyclisme) et Marina van der Merwe (bâtisseure, hockey sur gazon).

Hier, Jocelyne Bourassa se disait privilégiée de pouvoir rencontrer ces sportifs de tous les horizons ayant connu du succès dans leur discipline respective. «C'est une véritable joie. J'ai pu parler à Paul Coffey. Il y aussi eu le témoignage de Sharon Firth qui était très touchant puisqu'elle sera intronisée en compagnie de sa soeur, décédée en 2013», a indiqué la Shawiniganaise qui avait aussi été décorée de l'Ordre du Canada en 1973.

Outre Jocelyne Bourassa et Jacques Plante, la région compte aussi au Temple, dans une certaine mesure, Jean Béliveau, né à Trois-Rivières mais ayant déménagé à l'âge de trois ans.

Honneur Année

Temple de la renommée sportive de la Mauricie 1984

Panthéon des sports du Québec 1992

Temple de la renommée du golf au Québec 1995

Temple de la renommée du golf au Canada 1996

Temple de la renommée des sports du Canada 2015

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer