Le Blizzard éliminé à Sorel: à un centimètre d'un miracle

L'attaque des Éperviers a eu le dernier mot... (Photo: Yanick Lefebvre)

Agrandir

L'attaque des Éperviers a eu le dernier mot dimanche à Sorel.

Photo: Yanick Lefebvre

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louis-Simon Gauthier
Louis-Simon Gauthier
Le Nouvelliste

(SOREL-TRACY) Le Blizzard Cloutier Nord-Sud aura joué sur les nerfs des Éperviers jusqu'à la fin.

Tirant de l'arrière 6-3 avant d'attaquer la troisième période, les joueurs de Trois-Rivières ont inscrit trois filets sans réplique, mais n'ont pu compléter une autre miraculeuse remontée lors du septième et ultime match de demi-finale.

L'incroyable parcours de l'équipe a pris fin en prolongation, dimanche au Colisée Cardin de Sorel-Tracy. Un but de Marco Charpentier a éliminé les hommes d'Alain Côté, qui se sont inclinés 7-6 au terme de l'une des rencontres les plus divertissantes des dernières années dans la Ligue nord-américaine de hockey.

Charpentier a profité d'un léger moment d'inattention en territoire du Blizzard, alors que le gardien Marco Cousineau (37 arrêts) et ses coéquipiers cherchaient la rondelle. Elle était sur la palette du numéro 23 des Éperviers, qui n'a pas mis de temps à faire bondir de leur siège la majorité des 2136 amateurs.

Quelques secondes auparavant, sur la même séquence, Yann Joseph du Blizzard était passé à quelques millimètres d'écrire une nouvelle page d'histoire de la LNAH. Un tir décoché en entrée de territoire frappait la tige métallique derrière le gardien sorellois Adam Russo (35 arrêts). Oui, il s'en est fallu de peu.

Premier club à revenir de l'arrière 0-3 pour provoquer la tenue d'une septième rencontre en séries, le Blizzard a eu droit à une belle ovation de la part des spectateurs. Plusieurs dizaines étaient d'ailleurs vendus à leur cause.

Ces derniers ont pu manifester leur joie dans les derniers instants de la troisième.

Marc-André Huot a d'abord ravivé l'espoir en faisant 6-5 avec 70 secondes à écouler, puis le défenseur Pierre-Olivier Beaulieu a eu la main heureuse en lançant la rondelle dans le trafic, alors qu'on indiquait 23 secondes au chrono. Plus tôt dans la période, Jonathan Bellemare, auteur de trois points, avait rétréci l'écart à deux buts.

«C'est une histoire digne de Cendrillon», soufflait un capitaine Stéphane Boileau un peu déçu au terme des hostilités. Déçu, mais pas abattu. Mais surtout, un capitaine fier de ses troupes.

«Si le lancer de Joseph rentre, on cause la plus grosse surprise de l'histoire de la ligue. Je suis très fier des gars. Ça aurait été facile d'abandonner, mais ce n'était pas une option. Personne ne peut se promener la tête basse ici», ajoutait le Doc, qui espère pouvoir revenir l'an prochain.

Son entraîneur Alain Côté partageait les propos de son joueur vedette. «On les avait dans les câbles. La différence, c'est qu'on en était à notre cinquième match numéro sept. Eux, c'était le premier, et devant leurs fans en plus! C'est pour ça qu'ils sont sortis plus forts que nous.»

Dans cette partie un peu folle, Carl Gélinas s'est mis en évidence en réalisant un tour du chapeau au deuxième vingt. Le Shawiniganais a marqué trois des huit buts de l'engagement. Il était animé d'une rage de vaincre qui a épaté Côté.

«Nos jeunes ont livré la marchandise en séries. C'est juste bon pour le futur.»

Pendant ce temps, dans l'autre vestiaire, Francis Breault poussait un long soupir de soulagement. «Je lève mon chapeau au Blizzard. C'est rare que tu assistes à un tel retour dans une série. Ils ont eu beaucoup de cran, mais mes joueurs aussi. Ils étaient légèrement amorphes dans le vestiaire avant la prolongation, sauf que j'ai adoré leur réponse.»

Les Éperviers en découdront avec l'Isothermic de Bobby Baril, en grande finale, dès vendredi.

Carnet de notes

Suspendu sept matchs pour avoir asséné un coup de poing par derrière à Samuel Duplain au cours de la première ronde contre Saint-Georges, Hubert Poulin retrouvait ses coéquipiers du Blizzard hier.

Il n'a toutefois pu se frotter au dur à cuire des Éperviers Jon Mirasty, l'entraîneur Breault préférant le garder sur le banc quand le matamore de Trois-Rivières sautait sur la glace. La situation a fortement déplu aux spectateurs...

Au final, seuls Maxime Boisclair et Maxime Charron auront jeté les gants dans cette dernière bataille d'un duel dont les amateurs des deux villes se souviendront longtemps...

L'attaque à cinq des Éperviers a marqué deux fois en huit occasions alors que le Blizzard a conclu l'après-midi avec un pourcentage d'efficacité de 25 % (un en quatre).

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer