Isabelle Rioux: «C'est un autre rêve qui se réalise»

Isabelle Rioux réalisera un rêve en participant aux...

Agrandir

Isabelle Rioux réalisera un rêve en participant aux Jeux panaméricains.

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(TROIS-RIVIÈRES) Elle aura dû patienter longtemps, mais la championne canadienne en titre, Isabelle Rioux, a enfin obtenu la réponse qu'elle attendait. Elle représentera l'unifolié aux épreuves de quilles lors des Jeux panaméricains cet été à Toronto.

Même si elle était considérée comme la meilleure quilleuse au pays, la Trifluvienne a dû passer au travers divers camps d'entraînement puisque la Fédération canadienne des dix quilles a décidé de mettre le paquet afin de s'assurer que les quatre personnes qu'elle allait choisir pour la compétition qui aura lieu en juillet à Toronto seront les bonnes.

«Enfin, après presque deux ans d'attente! Notre fédération, en décembre 2013, avait fait une première présélection, parce qu'elle voulait monter un programme d'entraînement en vue des Jeux. On a eu des camps d'entraînements spécifiques, des évaluations à faire et on a même rencontré un psychologue sportif», indique celle qui représente le Quillorama du secteur Trois-Rivières-Ouest.

C'est le 7 avril que la Fédération a finalement fait connaître ses choix. Rioux apparaissait au sein d'un contingent qui regroupera aussi François Lavoie, de Québec, ainsi que les Ontariens Robin Orlikowski, chez les femmes, et Dan MacLelland.

«J'étais confiante, parce que je connais mes capacités et je sais ce que je suis capable de faire. En plus, je suis championne canadienne défendante. Mais dans ce genre de chose, on est jamais certain avant d'avoir la réponse.»

Habituée de représenter le Canada, Rioux se retrouvera toutefois en sol inconnu, puisque les Jeux panaméricains regroupent 36 disciplines de tout genre, pas seulement les quilles comme elle en a eu l'habitude jusqu'ici dans sa carrière.

«C'est un autre rêve qui se réalise. Je voulais connaître les Jeux panaméricains. J'ai travaillé fort pour être sélectionnée et je vais travailler encore fort pour performer du mieux que je peux. Dans les 12 ans où j'ai été sur l'équipe nationale, c'était un honneur de représenter mon pays, et le fait que ce sera à titre de pays hôte, ce sera une motivation supplémentaire pour moi.»

L'avantage d'être à la maison

En plus d'être devant les partisans canadiens à Toronto, Rioux profitera d'un avantage indéniable puisqu'elle connaît très bien le Planet Bowl de Mississauga. C'est à cet endroit qu'elle a remporté son titre canadien et c'est à cet endroit que la Fédération a tenu ses camps d'entraînement.

«Je trouve que nous serons avantagés d'être chez nous et de connaître le salon. On a déjà pu analyser comment les allées réagissent et ce sont des choses que nous aurons en note. Ça devrait tourner à notre avantage, parce que les autres pays n'auront pas accès à ces informations. On espère que ça va nous aider à aller chercher des médailles», conclut-elle.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer