Blizzard: «Les gars se détestent»

La rivalité entre le Blizzard et les Éperviers... (Photo: Stéphane Lessard, Le Nouvelliste)

Agrandir

La rivalité entre le Blizzard et les Éperviers ne s'est pas refroidie lors du dernier match et les Sorelois tenteront d'en finir dès ce soir au Colisée Cardin.

Photo: Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) La victoire du Blizzard Cloutier Nord-Sud lors du quatrième match de la série du traversier sera-t-elle suffisante pour amorcer une spectaculaire remontée alors qu'il fait face à l'élimination? Les Éperviers de Sorel-Tracy voudront en finir jeudi soir dans leurs terres.

Les Éperviers n'ont pas offert leur meilleure performance lors de cette quatrième partie où l'enjeu était, avouons-le, peu important. Et lorsque les Oiseaux s'approchaient du filet trifluvien, Marco Cousineau montait la garde. L'entraîneur du Blizzard Alain Côté doute fortement que cette défaite ait porté un dur coup aux Sorelois. «Je ne pense pas qu'ils ont été ébranlés, et s'ils l'ont été, c'est tant mieux. Mais à ce stade, ce qui est important, c'est notre club. Ce qui se passe de l'autre bord, ce n'est pas important.»

Dans le camp des Éperviers, le pilote Francis Breault estime lui aussi que la page a rapidement été tournée après la défaite de 4-0 vendredi dernier. Pas question de s'en faire avec ce revers. «Personne ne s'attendait à ce que l'on batte Trois-Rivières en quatre. On le sait qu'ils ont une bonne équipe. Ils ont été meilleurs vendredi et ils ont mérité la victoire. Pour nous, il y a des choses que nous avons mal fait et il faudra apprendre de ça.»

La rivalité à son paroxysme

Si la série en avait été une relativement disciplinée jusque-là, les choses ont tourné au vinaigre en conclusion du quatrième duel, alors que plusieurs joueurs en sont venus aux coups. Le tout a eu pour effet d'embraser les amateurs réunis au vétuste Colisée, qui sont soudainement devenus acteurs plutôt que spectateurs dans ce brasse-camarade. Pas de doute, l'animosité entre les deux villes vient de grimper d'un cran. «Le niveau de rivalité a augmenté, c'est certain. Les gars se détestent et ça n'ira pas en s'améliorant. C'est dans l'adversité que nous allons voir les vrais», lance Côté.

Breault qualifie d'ailleurs le match de ce soir d'un grand classique de hockey senior, ajoutant que la réaction de ses troupiers en fin de match ne faisait que refléter le caractère de ceux-ci. «C'est sûr que ç'a dégénéré un peu, mais j'ai une couple de gars qui n'aiment pas perdre. Lorsque le match était hors de portée, il y avait de la frustration et ils n'acceptaient pas le résultat. J'ai bien aimé la réaction de mes gars, de voir qu'ils n'acceptent pas la défaite.»

Contrairement au calendrier habituel, les deux formations ne se sont affrontées qu'une fois lors de la dernière fin de semaine, un repos bienvenu puisqu'ils avaient disputé quatre matchs en huit jours. Cette pause n'aura toutefois pas permis au Blizzard de retrouver les défenseurs à caractère défensif Jean-Philippe Paquet et Olivier Dallaire, tous deux blessés à une main. On ne devrait d'ailleurs pas les revoir dans cette série. Côté espère que ses nouvelles combinaisons défensives auront le même succès pour arrêter la puissante offensive soreloise. «On est conscient que des gars de l'autre côté jouent du gros hockey alors qu'on ne s'y attendait pas autant. L'un d'eux est (Étienne) Brodeur, le meilleur joueur de la série et de loin, mais aussi (Pierrick) Martel, qui est dangereux. On sait qu'en plus des (Marco) Charpentier, (Grégory) Dupré et (Éric) Doucet, on a ces gars à surveiller. C'est ce que nous avons fait lors du dernier match et ç'a porté ses fruits», a-t-il conclu.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer