Le Blizzard joue sa saison vendredi soir au Colisée

L'entraîneur Alain Côté espère deux choses en vue... (Photo: Stéphane Lessard, Le Nouvelliste)

Agrandir

L'entraîneur Alain Côté espère deux choses en vue du quatrième match de la série face aux Éperviers de Sorel-Tracy: un appui plus important des partisans et que son capitaine Stéphane Boileau retrouve sa confiance d'antan.

Photo: Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Trois-Rivières) Le Blizzard Cloutier Nord-Sud en est-il à son dernier souffle cette saison? C'est ce que nous saurons au terme du quatrième match face aux Éperviers de Sorel-Tracy, vendredi soir au Colisée de Trois-Rivières. Mais pour l'emporter, les Trifluviens auraient besoin de faire le plein d'énergie... et de partisans.

La présente série face aux Éperviers semble avoir été des plus éprouvantes pour la troupe d'Alain Côté, dont le réservoir semble être à vide. «C'est long, trois matchs à gagner. C'est comme un gars qui est en bas de la montagne et qui réalise qu'il doit l'escalader au complet. On va y aller présence par présence, une période à la fois. Il faut être positif et tout le monde y croit. À la pratique, j'ai vu que personne n'est en phase terminale», estime l'entraîneur.

Ce dernier espère compter sur ses joueurs afin de renverser le momentum de la série, mais aussi sur les partisans, qui se sont avérés un peu trop silencieux au goût du pilote et des joueurs jusqu'à présent.

«On est rendu à une phase où nous avons besoin de nos amateurs de notre côté, et non pas contre nous. Je l'ai senti et les joueurs aussi. Le monde, on les entend crier quand c'est le temps (du tirage) de la pizza. C'est là qu'on les entend, sinon, on ne les entend pas. À Sorel, à Saint-Georges, les gens encouragent leur équipe, on s'attend à la même chose ici.»

Des joueurs épuisés

Comment expliquer le fait que la série pourrait prendre fin si rapidement? La défaite en prolongation lors du deuxième match semble y être pour beaucoup selon le chef d'orchestre sorelois Francis Breault, qui se disait légèrement surpris de se retrouver avec une telle avance.

«La victoire en surtemps a été difficile à essuyer pour eux, parce qu'ils se retrouvaient à 2-0 au lieu de 1-1. Ç'a joué un rôle pour nous donner le momentum et présentement, il faut le garder, parce que Trois-Rivières, offensivement, peut nous faire mal.»

Les Éperviers ont d'ailleurs trouvé le moyen de gagner les batailles importantes lors de la présente série et fermer la porte lorsque les Trifluviens y cognaient.

«À ma première année à Sorel, nous avons atteint la finale, alors que l'an passé, nous avons perdu en demi-finale, les deux fois contre Jonquière. Il y a des vétérans qui ont appris des choses là-dedans et qui les montre aux jeunes.» Des recrues dont font partie Étienne Brodeur, et ses neufs buts en séries, ainsi que Pierrick Martel qui, malgré son petit physique, tire son épingle du jeu.

À l'inverse, le meilleur marqueur chez le Blizzard cette saison, Stéphane Boileau, semble être à bout de souffle à l'approche de ce quatrième match.

«Boileau a traîné l'équipe toute l'année. Présentement, il ne connaît pas de grosses séries, mais ça reste le gars qu'on a choisi comme capitaine. Personnellement, il le sait lui aussi. On l'avait rencontré avant le dernier match pour lui dire d'arrêter de se mettre de la pression. Ça se joue dans la tête. C'est comme un golfeur qui veut trop en faire. Il va tirer la balle au mauvais endroit.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer