L'histoire se répète pour le BigFoot

Les joueurs du Bellemare de Louiseville ont raison... (Photo: Émilie O'Connor, Le Nouvelliste)

Agrandir

Les joueurs du Bellemare de Louiseville ont raison de célébrer. Ils ne sont plus qu'à deux victoires du championnat de la Ligue de hockey senior A de la Mauricie.

Photo: Émilie O'Connor, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Louiseville) Pour un deuxième match consécutif dans la finale de la Ligue de hockey senior A de la Mauricie, le BigFoot de Saint-Léonard-d'Aston s'est mis en marche trop tard face au Bellemare à Louiseville. L'équipe de la Mauricie a pris une avance de 2-0 dans la série grâce à une victoire de 6-3, dimanche.

Pourtant, ce sont les Léonardais qui ont marqué le premier but de la rencontre, dès la troisième minute, l'oeuvre de Marc-André Laroche. Toutefois, Marc-Antoine Boucher et Nelson Vargas-Diaz ont assuré la réplique avant la fin du premier vingt. Puis, le défenseur Éric Bégin a porté un dur coup aux espoirs des visiteurs en marquant deux buts consécutifs.

«On savait que Saint-Léonard allait sortir fort et c'est ce qu'ils ont fait. Mais nous avons bien réagi et c'est ce qui nous a permis de sortir de la première période à 2-0», a analysé le pilote du Bellemare, Jonathan Lessard.

Avec moins de cinq minutes à faire à la rencontre, le BigFoot, qui a enregistré 41 tirs contre 25 dans ce match, majoritairement en périphérie, a enfin réussi à battre le gardien Joël Quirion, et ce, à deux reprises grâce à Maxime Charrette et Tommy Treillet. Il était toutefois trop tard, puisque le Bellemare a ajouté deux buts dans un filet désert.

«Nous avons bien joué, mais nous avons peut-être été indisciplinés. Nous avons écopé de pénalités qui ont permis de remettre Saint-Léonard dans le match», a expliqué Lessard.

Dans le camp adverse, les visages étaient longs, puisque l'entraîneur Sébastien Vouligny estimait que l'effort de ses protégés n'avait pas été suffisant pour remporter ce duel. «Les deux matchs, c'était la même affaire. Vendredi, nous avons joué comme du monde pendant 18-20 minutes, et ce soir, c'était 10 minutes. Nous sommes meilleurs que ça. Il faut être plus déterminé pour gagner une coupe.»

Bien que le BigFoot tire de l'arrière 2-0 dans la série 4 de 7, ne croyez pas que Vouligny a perdu espoir en ses troupes. Il y est d'ailleurs allé d'une prédiction audacieuse après la rencontre.

«Tu peux l'écrire, je mise sur Saint-Léonard en six. Les gars ont eu leur wake up call. On est tout le temps dans le coup. Si on gagne la troisième partie, on ne regardera plus derrière nous. Une heure après le match, il y a encore 16 gars qui sont à y réfléchir.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer