Retour des Expos: et si la solution venait... de la Chine?

L'avocat trifluvien sera parmi les dizaines de milliers... (Photo: La Presse)

Agrandir

L'avocat trifluvien sera parmi les dizaines de milliers d'amateurs à s'entasser au Stade olympique vendredi et samedi. Il en profitera aussi pour faire quelques rencontres.

Photo: La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Steve Turcotte
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Dominic Therrien continue de nourrir le rêve d'un éventuel retour des Expos. Un an après avoir suggéré l'élaboration d'un nouveau programme d'immigrant-investisseur dont les profits permettraient de construire un tout nouveau stade à Montréal, voilà que l'avocat originaire de Trois-Rivières revient à la charge en soumettant l'idée d'attirer des investisseurs étrangers à se joindre au projet.

Dominic Therrien a mené des discussions préliminaires jusqu'ici... (Photo: Courtoisie) - image 1.0

Agrandir

Dominic Therrien a mené des discussions préliminaires jusqu'ici avec des hommes d'affaires chinois. 

Photo: Courtoisie

«Forbes vient tout juste de publier la valeur des franchises du baseball majeur, qui est nettement en hausse. Le Québec est petit, je doute qu'il y ait assez de milliardaires pour supporter le retour du baseball majeur à Montréal avec les coûts qui ne cessent d'augmenter. Il faut certainement des investisseurs locaux, mais je crois nécessaire un éventuel partenariat avec des investisseurs étrangers si jamais le projet se matérialise.»

Therrien insiste, il y a loin de la coupe aux lèvres. Il ne veut pas être perçu comme quelqu'un qui véhicule que le retour des Expos est presque déjà dans le sac. Il souhaite simplement participer activement aux démarches en cours pour préparer le terrain, si une fenêtre s'ouvre à nouveau pour Montréal sur le baseball majeur.

«C'est une montagne qui est devant nous. C'est loin d'être gagné, il faut le comprendre. Mais on a le droit d'y croire. Plusieurs personnes s'impliquent, je le fais à ma façon. Or il se trouve qu'en raison de mon travail, je suis en contact avec des hommes d'affaires et des corporations extrêmement riches en Chine, qui auraient peut-être intérêt à investir dans un projet comme celui-là. Je suis en mesure de tâter le terrain et c'est ce que je fais depuis quelques semaines.»

L'avocat basé en Colombie-Britannique a mené des discussions préliminaires jusqu'ici. Il a tendu des lignes, et il attend de voir si de gros poissons sont prêts à mordre. Ce qui est loin d'être impossible à son avis. «Une entreprise qui souhaite percer le marché nord-américain peut très bien envisager une équipe de baseball comme rampe de lancement. Il y a de l'intérêt en Chine pour ce sport, le baseball majeur a fait plusieurs offensives. Et puis des hommes d'affaires qui brassent de grosses affaires sont toujours intéressés par des projets qui peuvent être lucratifs pour eux. Quand on voit la valeur des concessions grimper depuis quelques années, je pense que le retour du baseball majeur à Montréal peut entrer dans cette catégorie!»

Si ces pourparlers vont plus loin, Therrien va avec plaisir faire le lien entre ses clients et ceux qui travaillent en coulisses dans la métropole pour ressusciter les Expos. «Mais pour l'instant, je n'ai rien de concret à présenter, alors ça ne donne rien d'aller plus loin. Le timing est important dans ce genre de choses.»

En attendant, Therrien, un ancien espoir de l'organisation des Braves d'Atlanta, va boucler ses valises pour venir assister aux matchs préparatoires entre les Blue Jays et les Reds de Cincinnati au Stade olympique le week-end prochain. Il sera parmi les quelque 80 000 amateurs à s'entasser dans cette enceinte usée à la corde, par nostalgie d'une époque révolue.

Évidemment, Therrien va aussi en profiter pour faire quelques rencontres! Après tout, son projet de mettre sur pied un programme d'immigrant-investisseur a fait du chemin en 12 mois, même si le principal intéressé ne veut pas trop commenter pour l'instant. «Je ne pense pas qu'au Québec, il y ait une volonté de voir le gouvernement utiliser des fonds publics pour bâtir un stade dédié au sport professionnel en ce moment. Alors quiconque peut proposer une solution originale, qui a été utilisée ailleurs avec succès, est le bienvenu dans le dossier! Ceci dit, pour des raisons de confidentialité, je ne peux dévoiler avec qui j'ai eu des pourparlers, et comment tout ça évolue. C'est le genre de choses qui doit faire son chemin loin des projecteurs...», conclut-il.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer