Le Blizzard gagne, l'intensité monte

Le Blizzard a frappé tôt avec trois buts... (Photo: François Gervais, Le Nouvelliste)

Agrandir

Le Blizzard a frappé tôt avec trois buts en première période, jeudir soir au Colisée, en route vers un gain de 3-2 face au Cool FM.

Photo: François Gervais, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louis-Simon Gauthier
Louis-Simon Gauthier
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Le Blizzard Cloutier Nord-Sud a gagné une bataille épique jeudi et il pourrait remporter la guerre, dès ce vendredi soir à Saint-Georges-de-Beauce.

Dans un match ponctué de coups de bâton, d'accrochages après le sifflet et de bouteilles lancées sur la patinoire par les partisans en guise de frustration, la bande d'Alain Côté a savouré une courte mais ô combien importante victoire de 3-2, devant un peu plus de 1000 personnes au Colisée.

Il ne fallait pas quitter son siège avant le sifflet final. Si quatre des cinq buts ont été inscrits en moins de 11 minutes en première période, l'action n'a pas manqué pour autant dans les derniers instants.

Au moment où Mickaël Bédard a déjoué Marco Cousineau pour faire 3-2 avec 6:40 à écouler au cadran, on sentait la tension dans les gradins. Dominants depuis une bonne heure déjà, les visiteurs ont tout tenté pour pousser la rencontre en prolongation, mais ils se sont butés à un gardien en grande forme, comme en témoignent les 40 arrêts de Cousineau.

Le Cool FM a même bénéficié d'une pénalité de quatre minutes imposée à Maxime Boisclair pour un bâton porté au visage de Maxime Gravel, mais rien n'y a fait. «Aucune pénalité n'aurait dû être appelée, répliquait Côté après le match. C'est son propre hockey qui l'a frappé, pas celui de Max (Boisclair). Encore une fois, le désavantage numérique a répondu de la bonne façon.»

Le Blizzard n'a effectivement concédé qu'un but en huit tentatives au Cool FM dans ce département. Mais à l'instar de Côté, les partisans n'ont pas apprécié l'appel des arbitres (Éric Ouellet et Robert Chamberland étaient d'office hier).

Des bouteilles ont été lancées sur la patinoire, puis on a eu droit à un deuxième déluge quelques minutes plus tard, quand Bédard est entré en contact avec Cousineau. Sur la séquence, le Cool FM croyait avoir créé l'égalité, mais la décision a été renversée.

Trois-Rivières n'a cependant pas pu miser sur un avantage numérique, puisque Jean-Philippe Paquet a été entraîné au cachot en même temps que Bédard.

La sirène a annoncé la fin des hostilités un peu plus tard, au grand soulagement des locaux. «Il était temps que ça finisse, souriait Côté. Saint-Georges a joué avec l'énergie du désespoir alors que nous, on tentait de se protéger. Au moins, nous avons eu une bonne première.»

Vrai que les 20 minutes initiales ont appartenu au Blizzard. Le docteur Stéphane Boileau a ouvert la marque avec un tir du poignet d'une précision chirurgicale, puis Maxime Tanguay a doublé l'avance des siens sur une descente à deux contre un.

David Poulin a rétréci l'écart avec un homme en plus, mais Yann Joseph a redonné un coussin de deux filets au Blizzard sur un lancer que Loïc Lacasse aimerait sûrement revoir.

Dans cet engagement, le favori de la foule Hubert Poulin a également servi une correction à Samuel Duplain. Un moment clé, selon Côté.

Dans l'autre camp, Éric Dandenault voyait le verre à moitié plein. «On doit tenter de déranger un peu plus Cousineau. Nous avons accompli de bonnes choses ici ce soir, je suis confiant pour le match à Saint-Georges. Quant à la pénalité à Bédard en fin de match, elle n'était pas méritée. Il s'est fait pousser par un gars du Blizzard.»

La suite promet!

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer