Biathlon: une saison en montagnes russes pour Guillaume Bertrand

Guillaume Bertrand a dû s'adapter à un nouveau... (Photo: Andrei Ivanov)

Agrandir

Guillaume Bertrand a dû s'adapter à un nouveau calibre de compétition cette année, en participant notamment à une épreuve de la Coupe UIB, l'antichambre de la Coupe du monde.

Photo: Andrei Ivanov

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Trois-Rivières) Faire le saut du niveau canadien au niveau international n'a rien de facile et le biathlonien Guillaume Bertrand l'a appris à la dure en 2015. Après un début de calendrier prometteur, le natif de Saint-Barnabé a vu son manque d'expérience lui coûter cher. À l'âge de 22 ans, ce n'est toutefois rien pour le décourager.

Bertrand a en effet vécu le plus grand moment de sa carrière cette saison en se qualifiant pour une épreuve de la Coupe UIB, l'antichambre de la Coupe du monde, en janvier à Ridnaun en Italie, ainsi qu'aux Championnats européens à Otepää en Estonie. L'expérience a toutefois été décevante, les résultats, ainsi que les jambes, n'étant pas au rendez-vous.

«Il y avait beaucoup d'adaptation et de stress. J'ai vécu beaucoup de fatigue, ce qui m'a empêché de récupérer. Je n'arrivais pas à livrer de bonnes performances», a-t-il expliqué.

Bertrand n'était pas au bout de ses peines, puisqu'il n'a pas réussi à se qualifier pour l'épreuve de la Coupe UIB qui avait lieu à Canmore en Alberta, le port d'attache de l'équipe canadienne de biathlon.

«Mon ski était redevenu un peu plus normal, mais ce n'était pas assez pour me qualifier. J'ai tout de même assisté aux événements et ça m'a permis de voir de très bons athlètes.»

Le retour au Canada a toutefois eu ses effets bénéfiques. Enfin, il pouvait s'entraîner comme il aime le faire, ce qui lui a enlevé de la pression, en plus de lui permettre de retrouver ses sens en vue du championnat canadien. C'est d'ailleurs lors de cet événement qu'il a réussi ce qu'il estime être un de ses plus beaux coups de l'année, en signant le deuxième meilleur temps lors de l'épreuve à relais mixte.

«Ça m'a confirmé que mon ski était revenu. C'est un apprentissage à la dure, mais c'est très motivant mentalement. Je m'étais rendu compte au fil des années que je commençais bien mes années, mais que l'hiver était difficile, avant de terminer en force. Je sais sur quoi je vais devoir travailler dans les prochaines années», analyse-t-il, ajoutant que ses capacités au tir, qui n'ont pas été à la hauteur de ses attentes cette année, devront s'améliorer.

«Ça va à l'entraînement, mais en course, lorsqu'on ajoute les pulsions cardiaques, j'ai tendance à m'emballer et je rate les cibles. Je devrai être plus constant.»

La bonne nouvelle est qu'à 22 ans, Bertrand est encore très jeune dans ce sport où les athlètes atteignent leur apogée à la fin de la vingtaine. Maintenant établi à Canmore, Bertrand profitera du fait que la neige recouvre l'endroit jusqu'en juin pour s'entraîner, en plus de se mettre à la recherche de financement en vue de son calendrier 2016, où il espère devenir un régulier sur le circuit de la Coupe UIB.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer