«Il aurait pu mourir sur la glace»

Si le Bizzard n'est pas banni de la...

Agrandir

Si le Bizzard n'est pas banni de la LHSAM, le Bigfoot promet de se retirer. On voit sur la photo, Louis-Étienne Leblanc, qui a été gravement blessé après avoir été frappé par un joueur du Blizzard.

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Steve Turcotte
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Il y aura une équipe de moins dans la Ligue de hockey senior A de la Mauricie au terme de la réunion spéciale de mardi.

Si le Blizzard de Saint-Gabriel n'est pas banni du circuit présidé par Alain Beauchamp, le Bigfoot de Saint-Léonard-d'Aston va cesser tout simplement ses activités. Double champion en titre, le Bigfoot ne badine pas avec ce nouveau cas de violence.

«Ça ne peut en rester là», expliquait un dirigeant du Bigfoot, qui ne veut pas être identifié pour le moment, invoquant qu'il ne veut pas nuire à l'enquête policière. «Nous, c'est décidé, on ne retournera jamais sur la même glace que le Blizzard. On a toutes les raisons de croire que ces attaques avaient été planifiées. On se retrouve avec l'un des nôtres à l'hôpital, il aurait pu mourir sur la glace. On parle d'un jeune homme, qui vient de commencer un nouveau travail, et dont la conjointe est enceinte. Ce gars-là, sa passion c'est le hockey et il ne pourra plus jamais y jouer avec ses chums. Pire, il aura une cicatrice au visage, et il y avait des risques de paralysie reliés à l'opération dont il a besoin. On avait une dizaine de joueurs en larmes à notre retour en autobus, ce n'est pas normal. Justice doit être rendue.»

Selon ce dirigeant, Louis-Étienne Leblanc va déposer une plainte à la police dès qu'il sera physiquement en mesure de le faire. «Et on va l'appuyer là-dedans. Il ne méritait aucunement de se faire attaquer de la sorte. Nous avons des éléments en main qui vont permettre d'étoffer notre dossier.»

«À un moment donné, ce genre de folies doit arrêter. Nous savons que ce ne sont pas tous les joueurs du Blizzard qui sont en cause, mais ceux qui ont des choses à se reprocher doivent être punis. À la fin du troisième match, on a aussi vu un gars à sa première présence partir du banc et foncer directement sur notre gardien. Facile de deviner que ce genre de geste est télécommandé.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer